Les règles de leur religion seraient supérieures aux lois de la république pour 40% des lycéens