Le brunch média

Résumé de l'émission média

C'est le numéro 190 du Brunch média , il rassemble le rédacteur en chef de La lettre de l'audiovisuel, Philippe Bouvier, la rédactrice en chef adjointe à Intégrales Mag, Clara Schmelck. Au menu du Brunch Média décryptage de la communication des politiques avec une spin doctor, Ghislaine Pierrat.

D'abord, les audiences de la semaine :  dans Top Chef Thomas se blesse et rapporte 400 000 téléspectateurs de plus que le début de la saison 7. Les cuistots ont attiré 3 400 000 téléspectateurs pour 16 % de part d'audience. De son côté, la primaire de la gauche a rassemblé 5 500 000 de chômeu… Pardon ! Téléspectateurs. Bienvenue chez les Ch'tis c'était dimanche soir sur TF1, le « film » a rameuté pas de moins que 8 600 000 personnes pour 34,6 % de parts d'audience. Tout le monde veut prendre sa place, c'était ce mercredi sur France 2 et l'émission de Nagui a réuni 2 100 000 téléspectateurs pour 17,9 % de parts d'audience. Dans le Salut les terriens de samedi dernier sur la chaine C8, Clara Morgane est l'invité de Thierry Ardison pour présenter son nouveau calendrier artistique et fait débarquer 1 160 000 terriens pour 5,7 % de parts d'audience.

Spin doctor et auteur de Qui sont les auteurs et acteurs de la vie politique Française, Ghislaine Pierrat s'intéresse à la nouvelle élection présidentielle. Le livre contient 44 portrait de personnalités politiques de tous bords, ainsi que de membres de la société civile. La démarche visant à faire cesser les lieux communs et à combattre l'abstention. Ce plaidoyer pour la politique s'attache à décrire les acteurs majeurs de l'élection présidentielle, mais aussi les personnages ayant une influence sur la politique française.

Au cours de l'entretien Ghislaine Pierrat et l'équipe du Brunch média se penchent sur l'affaire Fillon. Et d'après la spin doctor la communication du clan Fillon et de ses soutiens étaient pour le moins brouillonne, un nombre de déclarations contradictoires étant enregistrées par les mouches médiatiques. Toujours d'après Ghislaine Pierrat l'enquête ouverte ne permet pas de faire des reproche à Fillon, elle explique que si les politiques engagent leurs proches, c'est qu'ils préfèrent le critère de la confiance à celui de la compétence. Ce que François Fillon doit mettre en place, c'est un correctif un correctif d'image et d'après elle, il y a peu de gens capables de s'en occuper à Paris. Pour cela il faut fournir tous les éléments du dossier et communiquer très vite. Par exemple, il a bien fait de mentionner l'emploi de ses enfants avocats lorsqu'il était sénateur. Et si certains murmurent que Nicolas Sarkozy pourrait être impliqué dans les révélations faites par le Canard Enchaîné, Ghislaine Pierrat assure que, malgré ses nombreux défauts, la lâcheté lui est étrangère et que ce n'est pas dans sa mentalité.

L'équipe fait ensuite quelques prédictions en se posant la question suivante : si François Fillon se désiste, qui pourrait le remplacer ? Ghislaine Pierrat estime qu'il pourrait alors y avoir une nouvelle primaire. Mais que s'il faut trouver une solution, les gens désireront un cadre identique. Néanmoins, il faut se rendre compte qu'à droite il n'y a pas cinquante cadres capables d'atteindre la fonction présidentielle. Reste que, les événements étant sérieux, les Républicains doivent considérer toutes les alternatives possibles. Mais du côté de la gauche ce n'est pas mieux, puisque la spin doctor qualifie la primaire de « perverse » et assure que l'ouvrir à tous était d'une imbécilité totale.

Ensuite, c'est l'heure de la rubrique le journal des médias avec Philippe Bouvier, le présentateur Olivier Minne va remplacer AcTualiTy dès le deux mars sur France 2 avec un nouveau jeu intitulé Tout le monde a son mot à dire. Dans l'émission Punchline on peut assister à une hilarante rencontre entre Gilbert Collard, le député du Gard et secrétaire général du rassemblement Bleu Marine, et l'animatrice Laurence Ferrari, dont la voix assurée est comparée à celle d’un possesseur d'Hygiaphone. Ensuite, on révèle le salaire de Cauet pour sa participation à chaque émission de Cyril Hanouna, il est de 1 000 euros, voire un peu plus. Puis Emmanuel Chain annonce qu'il ne soutient pas Emmanuel Macron, alors que Yann Barthès et Cyrille Eldin règlent leurs comptes pour une obscure histoire de soirée électorale.

Enfin, l'émission lance son ultime rubrique, le grand débat, cette fois-ci les fake news sont le sujet de discussion. Les participants font alors la distinction entre information fausse, la fausse information et fait alternatif, l'important étant le pluralisme de l'information, qui, selon Ghislaine Pierrat, permet de faire émerger la vérité. De plus, il est souligné que des organes s'employant à la « désintox », comme les décodeurs du Monde, ne font pas une grande distinction entre des informations biaisées ou orientées et des faits inventés.