Le conseil scientifique n’exclue pas la piste du couvre-feu