Trophée des champions: Lille-PSG, sans repères mais pas sans ambitions

Le Paris SG, privé de nombreux cadres dont Neymar, et Lille, qui a changé d'entraîneur, abordent à tâtons le Trophée des champions, mais ce match d'ouverture de la saison, dimanche à Tel-Aviv (20h00), tombe à pic pour deux équipes avides de titres.

DENIS CHARLET - AFP/Archives

Le Paris SG, privé de nombreux cadres dont Neymar, et Lille, qui a changé d'entraîneur, abordent à tâtons le Trophée des champions, mais ce match d'ouverture de la saison, dimanche à Tel-Aviv (20h00), tombe à pic pour deux équipes avides de titres.

Avant de se retrouver en Israël, Parisiens et Lillois ont failli se croiser à Faro (Portugal), où ils ont disputé leur dernier match amical, à deux jours d'intervalle.

Le Losc a perdu face au FC Porto (2-0), 48 heures avant le nul du PSG contre le Séville FC (2-2), mardi - des résultats qui en disent long sur leur niveau d'impréparation.

Les deux clubs se remettent encore du séisme sportif du 23 mai, qui a vu, à la dernière journée de Ligue 1, les "Dogues" détrôner le PSG, triple tenant du titre, avec un point d'avance.

Des deux côtés, un nouveau cycle a démarré cet été. Entre transferts, congés et reprise, près de la moitié des titulaires du match du 3 avril remporté par le Losc au Parc des princes(1-0) vont manquer.

Dans le Nord, aux célébrations a succédé la gueule de bois, avec le départ à Nice du charismatique technicien Christophe Galtier, remplacé par Jocelyn Gourvennec, un choix critiqué par les supporters.

Auteurs d'une superbe saison, Mike Maignan (AC Milan) et Boubakary Soumaré (Leicester) sont aussi partis. D'autres titulaires pourraient suivre, comme Renato Sanches ou Jonathan Ikoné.

Dans le même temps, un premier renfort se fait toujours attendre, notamment un gardien N.1.

"On n'a perdu que deux joueurs, certes importants, et on a un effectif avec beaucoup de qualités. On attend de voir qui va arriver, mais je suis tranquille", balaye le capitaine José Fonte.

- "Pas d'excuses" pour le PSG -

A Paris, le mouvement s'effectue en sens inverse: le club a réussi un recrutement XXL, en attirant Sergio Ramos, Gianluigi Donnarumma, Georginio Wijnaldum et Achraf Hakimi.

Les dirigeants ont retenu la leçon d'une saison en demi-teinte, pourrie par les blessures, les suspensions et les défaites qui ont souligné les limites de son effectif.

L'entraîneur du Paris-SG, Mauricio Pochettino, au centre d'entraînement du club à Saint-Germain-en-Laye, le 1er mars 2021

L'entraîneur du Paris-SG, Mauricio Pochettino, au centre d'entraînement du club à Saint-Germain-en-Laye, le 1er mars 2021

FRANCK FIFE - AFP/Archives

"La deuxième place de L1 et la demi-finale de Ligue des champions (perdue contre Manchester City, NDLR) nous ont laissé un goût amer. On a une revanche à prendre contre nous-mêmes", lance l'entraîneur Mauricio Pochettino.

Le PSG s'est construit une équipe capable de tout gagner, mais aujourd'hui, ce n'est que l'ombre de cette sublime armada qui s'avance vers Tel-Aviv.

Au Stade Bloomfield, parmi les recrues, seul Hakimi est attendu comme titulaire, les autres étant en vacances ou en phase de reprise.

Leur absence s'ajoute à celle de Neymar, Marquinhos, Angel di Maria, Leandro Paredes, Marco Verratti ou Pablo Sarabia.

L'incertitude plane aussi autour de Kylian Mbappé et Presnel Kimpembe, qui viennent de reprendre l'entraînement après leur Euro raté avec les Bleus.

"Nous n'avons pas d'excuses", coupe court Pochettino.

- Stabilité dans le jeu à Lille -

L'Argentin a fixé le cap ambitieux d'une saison qu'il veut écrire en lettres d'or. Perdre un trophée que le PSG monopolise depuis 2013 n'entre pas dans ses plans.

Il s'appuie sur une préparation sans défaite (trois victoires, deux nuls) qui a vu le gardien Keylor Navas se chauffer les gants et l'attaquant Mauro Icardi marquer trois fois.

Tout le contraire de Lille, qui n'a gagné qu'un match sur cinq.

"Maintenant, il faut tourner la page de la préparation et basculer dans la compétition, avec plus de réalisme offensif", assure Gourvennec, qui admet des difficultés à la finition.

L'attaquant canadien de Lille, Jonathan David (d), félicité par son homologue turc Burak Yilmaz après son but lors d'un match de Ligue 1 à Angers, le 23 mai 2021

L'attaquant canadien de Lille, Jonathan David (d), félicité par son homologue turc Burak Yilmaz après son but lors d'un match de Ligue 1 à Angers, le 23 mai 2021

LOIC VENANCE - AFP/Archives

Mais le nouvel entraîneur, pour son premier test, peut s'appuyer sur un socle stable, autour des attaquants Burak Yilmaz et Jonathan David, entre autres.

D'ailleurs, il s'est attelé à maintenir la dynamique initiée par son prédécesseur. "On continue sur la même routine de jeu, ça montre la grande intelligence (de l'entraîneur, NDLR)" pour Fonte, qui n'a pas vu de "différence".

"C'est un vrai titre que Lille n'a jamais gagné. Si on a l'opportunité de gagner, on va tout faire pour. Ça fera un autre trophée dans la vitrine", assure le défenseur portugais.

Par Alexis HONTANG, avec Nicolas BLASQUEZ à Tel-Aviv / Tel-Aviv (AFP) / © 2021 AFP