Toc toc, Tokyo: ce qui nous a frappés ce mardi

Ils ne sont pas tous champions olympiques mais ils écrivent aussi l'histoire de ces JO de Tokyo.

Giuseppe CACACE - AFP

Ils ne sont pas tous champions olympiques mais ils écrivent aussi l'histoire de ces JO de Tokyo.

. Perf du jour

Warholm évidemment. Le Norvégien est devenu le premier homme sous les 46 secondes sur le 400 m haies (45.94), nouveau record du monde donc. Mais l'on peut y associer son grand rival l'Américain Rai Benjamin (46.12) et même le Brésilien Alison Dos Santos (46.72). Pour rappel, jusqu'en juin dernier, le record du monde de la discipline datait de 1992, en 46 sec 78/100e, par l'Américain Kevin Young. Les trois médaillés du jour ont donc été plus rapides que ce record qui, pendant 29 ans, a semblé inaccessible.

. Visage du jour

L'Américaine Simone Biles, avant de participer à la finale de la poutre aux Jeux olympiques de Tokyo, le 3 août 2021

L'Américaine Simone Biles, avant de participer à la finale de la poutre aux Jeux olympiques de Tokyo, le 3 août 2021

Lionel BONAVENTURE - AFP

Simone Biles. Elle devait être la star des Jeux, elle aura été le symbole de la montée en puissance des problématiques psychologiques dans le sport. Après avoir déclaré forfait pour toutes les épreuves individuelles, elle a finalement pris part mardi à la finale de la poutre, et décroché une incroyable médaille de bronze.

. Histoire du jour

La Namibienne Christine Mboma célèbre avec son drapeau sa 2e place sur le 200 m des Jeux olympiques de Tokyo le 3 août 2021

La Namibienne Christine Mboma célèbre avec son drapeau sa 2e place sur le 200 m des Jeux olympiques de Tokyo le 3 août 2021

Antonin THUILLIER - AFP

C'est celle de la Namibienne Christine Mboma, débutante privée du 400 m aux JO car hyperandrogène, mais qui a réussi à prendre, à 18 ans, la 2e place du 200 m derrière la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah. Complète inconnue il y a encore quelques semaines, Mboma a explosé au plus haut niveau en 2021. Devenue la 7e performeuse de l'histoire sur 400 m en juin dernier, elle n'a pas eu le droit de s'aligner sur cette distance aux Jeux en raison du règlement sur l'hyperandrogénie. Celui-ci empêche depuis 2019 les athlètes qui présentent des "différences du développement sexuel" (DSD) et un taux de testostérone élevé à courir à l'international du 400 m au mile sauf à prendre un traitement, ce que combat la Sud-Africaine Caster Semenya, par conséquence absente à Tokyo. Mboma a couru son premier 200 m de haut niveau le 29 mai en 22 sec 73 avant de se consacrer pleinement à la distance. En cinq courses, finale olympique incluse, elle a gagné près d'une seconde pour décrocher l'argent en 21 sec 81 (record d'Afrique).

. Insolite du jour

C'est celui offert par Laurent Tillie, le sélectionneur de l'équipe de France de volley, qui s'est rappelé qu'il avait été un joueur de très haut niveau à l'occasion du quart de finale du tournoi olympique entre son équipe et celle de Pologne. Il n'a pas hésité à plonger au sol pour tenter de rattraper un smash adverse qui avait transpercé la défense française. Cela n'a pas empêché la France de perdre le point, mais quelle envie de jouer!

. Photo du jour

Le vélodrome d'Izu, qui accueille les épreuves de cyclisme sur piste, photographié le 3 août 2021.

Le vélodrome d'Izu, qui accueille les épreuves de cyclisme sur piste, photographié le 3 août 2021.

Peter PARKS - AFP

Le vélodrome d'Izu, écrin magnifique, qui accueille les épreuves de cyclisme sur piste des Jeux olympiques de Tokyo, à 150 km au sud ouest de la capitale japonaise.

AFP / Tokyo (AFP) / © 2021 AFP