Rugby Championship: les All Blacks menacent de boycotter la fin, l'Afrique du Sud s'interroge

Le Rugby Championship menacé ? L'équipe de Nouvelle-Zélande envisage de boycotter la fin de la compétition prévue en Australie, en raison d'une possible quarantaine pendant la période de Noël, tandis que l'Afrique du Sud s'interroge sur sa participation.

GABRIEL BOUYS - AFP/Archives

Le Rugby Championship menacé ? L'équipe de Nouvelle-Zélande envisage de boycotter la fin de la compétition prévue en Australie, en raison d'une possible quarantaine pendant la période de Noël, tandis que l'Afrique du Sud s'interroge sur sa participation.

Les All Blacks doivent participer à partir du 7 novembre au Rugby Championship, qui met aux prises chaque année les quatre grandes nations rugbystiques de l'hémisphère sud. Son organisation a été attribuée à l'Australie, qui a doublé la Nouvelle-Zélande pourtant à la base pressentie pour organiser le tournoi.

Le litige porte sur le match du 12 décembre que doivent disputer les Néo-Zélandais face aux Wallabies. En effet, le gouvernement néo-zélandais ayant imposé une quarantaine stricte de deux semaines à tous les arrivants en provenance de l'étranger, disputer un tel match en Australie à cette date signifierait que les membres de l'équipe se retrouveraient isolés de leur famille à Noël, même s'ils rentraient en Nouvelle-Zélande par avion juste après le match.

"Nous refusons ce calendrier et sommes déçus d'une telle annonce", a déclaré Mark Robinson, directeur général de NZR, précisant qu'à la base il avait été convenu que cette rencontre se dispute le 5 décembre, ce qui aurait permis aux Blacks de terminer leur quarantaine avant Noël.

A la question de savoir si les All Blacks pourraient boycotter cette rencontre, M. Robinson a répondu qu'il était encore "trop tôt pour se prononcer sur les solutions ou les conséquences exactes pour le moment". "Nous allons prendre quelques jours pour continuer à travailler avec toutes les parties concernées".

De son côté, Rugby Australia s'est déclarée prête à comprimer les six journées de la compétition sur une période de cinq semaines au lieu de six, mais cette éventualité a été rejetée par les autres participants, l'Afrique du Sud et l'Argentine, qui craignent que cela occasionne des blessures au sein de leur équipe.

Le responsable de Sanzaar, l'organe directeur de l'hémisphère sud, a pour sa part admis que la date du 12 décembre pouvait représenter un problème pour les All Blacks. Mais "nous avons déjà épuisé toutes les autres solutions possibles", a expliqué Andy Marinos, ajoutant qu'il espérait que les autorités néo-zélandaises pourraient modifier les règles de la quarantaine pour l'équipe néo-zélandaise.

Par ailleurs, un doute plane également sur la participation de l'Afrique du Sud au Rugby Championship, d'abord en raison d'une interdiction de voyager imposée par le gouvernement aux équipes concourant à l'étranger, mais également car le sélectionneur Jacques Nienaber souhaite que les joueurs disputent six matches de reprise avant de retrouver l'équipe nationale.

"Si nous ne pouvons pas jouer six matches, je ne pense pas que nous irons" en Australie. "Les risques pour le bien-être du joueur seraient juste trop importants", a fait valoir Nienaber alors que la reprise, samedi, du rugby en Afrique du Sud ne permet que cinq matches d'ici à la date du départ pour le Championship.

AFP / Wellington (AFP) / © 2020 AFP