René Malleville : "Patrice Evra a sali le maillot de l'OM et nous a ridiculisés"

Patrice Evra ©MIGUEL RIOPA - AFP
Patrice Evra ©MIGUEL RIOPA - AFP

Au lendemain du coup de pied adressé par Patrice Evra à un supporter marseillais, le supporter emblématique de l'OM, René Malleville, a fortement critiqué le défenseur international.

Patrice Evra donnant un coup de pied au visage d'un supporter marseillais. L'image est plus marquante que la défaite de l'OM face aux Portugais de Guimaraes en Ligue Europa.

Insulté par ses propres supporters, le défenseur international français a craqué, alors qu'il n'a jamais convaincu depuis son arrivée à Marseille. Après une carrière riche de trophées, l'issue, pour le défenseur marseillais, semble bien incertaine. L'Olympique de Marseille ouvre une enquête interne et l'UEFA sanctionnera très certainement le jours. À l'époque de son coup de pied adressé à un supporter, Éric Cantona avait pris 9 mois de suspension.

À Marseille, les journaux titraient "Kung Fu Panda" ce matin. Le supporter historique René Malleville, vedette des réseaux sociaux, n'a pourtant pas envie de s'amuser : "Il y a 50 ans que je suis le ballon, je n'ai jamais vu que l'on frappe un supporter de son club. Tu as sali le maillot de l'OM, tu nous a ridiculisés. C'est une humiliation pour lui, mais par répercussion pour nous. Oui, on l'insulte et alors ? On sait que quand on est connu, c'est la rançon du succès. On ne peut pas faire l'unanimité. Alors arrête de jouer au con et reste calme ! Il a frappé un supporter. Il est mort ! Chaque fois qu'il arrivera, il y aura 50 000 spectateurs qui vont le huer. La vie d'Évra à Marseille, maintenant, ça va être un enfer."

Evra le mal aimé, notamment depuis l'épisode de Knysna lors de la Coupe du monde 2010.

"Evra doit se contenir, c'est un joueur professionnel. Recevoir des insultes, ça fait partie du métier, même si je trouve la position du supporter un peu idiote." Si, à l'image de Samuel, personne à Marseille n'excuse les insultes des supporters, ce geste de kick-boxing signe peut-être le dernier acte de sa carrière professionnelle.

Un reportage de Stéphane Burgatt pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio