Real-PSG : "Si Neymar ne fait pas un gros match, on pourra parler de pétard mouillé"

Real Madrid - Paris Saint Germain

Alexandre Doskov, journaliste pour le magazine So Foot, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

C'est le grand soir pour le Paris Saint Germain, qui affronte le Real Madrid au stade Santiago Bernabeu pour le compte des huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions. Un match au sommet, face au double tenant du titre.

Invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio, Alexandre Doskov, journaliste pour le magazine So Foot, se dit plutôt "optimiste".

"Il y a des joueurs qui sont venus au PSG pour ce genre de matchs, a-t-il expliqué. Je pense à Neymar. S'il ne fait pas un gros match, limite s'il ne marque pas, on pourra vraiment parler de pétard mouillé, parce qu'il n'est pas venu à Paris pour marquer des quadruplés face à Dijon, même si ça lui fait très plaisir. Il est vraiment venu pour marquer et faire gagner le PSG dans ce genre de matchs. C'est ce soir qu'il doit montrer qu'il n'est pas venu pour rien."

À un peu plus d'une heure du coup d'envoi, les compositions d'équipes sont tombées et, surprise, le capitaine parisien, Thiago Silva, débutera sur le banc des remplaçants, cédant sa place au jeune Presnel Kimpembe. "Je trouve que c'est une bonne idée, a indiqué Alexandre Doskov, parce que c'est quelqu'un qui, sur les gros matchs, a toujours montré qu'il était présent, alors que Thiago Silva, mentalement parlant, n'est pas toujours à 100 % quand l'enjeu est élevé. Je trouve que c'est un bon coup de la part d'Unai Emery."

Écoutez l'interview d'Alexandre Doskov, invité du Grand Journal de 18h au micro de Véronique Jacquier

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Jeudi 15 février 2018 à 15:29
Bravo le Réal. Le P.S.G. pardon je veux dire le Qatar est tout petit parmi les grands. Grand parmi les petits, je veux dire, qu'il est vrai qu'il domine largement le championnat de la ligue un.
Avec un peu de chance j'espère qu'il sera éliminer au match retour, le champagne est au frais, longue vie à Zidane.
Cette histoire me rappelle une fable de la Fontaine le bœuf et la grenouille. (la grenouille voulait être plus grosse que le bœuf).

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio