PSG-Real : qui est le grand favori ?

Le Parc s'apprête à refaire salle comble, encore euphorique de la bicyclette d'un Neymar qui sait faire lever les foules aussi rapidement qu'il ne se les met à dos. Aux grands soirs, les rudes gueules de bois : la MCN est exsangue pour le choc le plus attendu du début de saison.

Madrid's French head coach Zinedine Zidane attends the Audi Cup football match for third place between Real Madrid and Fenerbahce in Munich, on July 31, 2019. (Photo by Christof STACHE / AFP)

Même s'il a vu sa suspension réduite à 2 matchs par le Tribunal Arbitral du Sport, Neymar est le grand absent de ce match de gala. Pour rappel, le Brésilien, alors en tribunes, avait été injurieux envers le corps arbitral suite au penalty litigieux transformé par Marcus Rashford, en février dernier, ce qui lui avait valu 3 matches de suspension en C1. Kylian M'bappé l'a quant à lui annoncé sur son propre compte Twitter la veille, il n'est pas remis de sa blessure à la cuisse face à Toulouse, contractée mi-août, et déclare forfait. Edinson Cavani, lui aussi touché à la hanche lors de ce fatal PSG-TFC (4-0), est indisponible depuis 1 mois.

Tweet officiel de Kylian M'bappé sur son forfait

S'il y en a un qui ne sera pas absent et qui surprend son monde, c'est évidemment l'émir du Qatar, Tamim Ben Hamad Al-Thani. Il n'avait plus assisté à un match de son club depuis l'élimination en 1/8èmes de finale face à Manchester United. Autant dire que l'investisseur majeur du PSG fait figure de chat noir en vue de ce soir mais une statistique a de quoi rassurer les supporters franciliens (ci-dessous).

Le chiffre du match : 21.

Soit le nombre de rencontres consécutives disputées par le PSG à domicile sans perdre le moindre match en phase de poule de Ligue des Champions (15 succès, 6 nuls). Toutefois, selon Elton Mokolo (voir plus bas), cette donnée "ne fait pas peur au Real Madrid, qui a gagné dans tous les stades d'Europe : à Turin, à Munich et même au Parc en 2018 !"

Les compositions probables

Real Madrid. Entraîneur : Zinedine Zidane. En 4-3-3 : Courtois / Carvajal- Militao- Varane - Mendy / Kroos - Casemiro - James / Bale - Benzema (c) - Hazard

Paris Saint-Germain. Entraîneur : Thomas Tuchel. En 4-3-3 : Navas / Meunier - Silva (c) - Kimpembe - Bernat /  Verratti - Marquinhos - Gueye / Sarabia - Di Maria - Icardi

Les clés du match (avec Elton Mokolo) :

Elton Mokolo est un puits de science footballistique. Journaliste spécialisé football pour Sports.fr et Winamax, il établit pour Sud Radio les clés de ce choc, imprévisible en bien des points.

Côté Real Madrid

  • Une charnière expérimentale. "Eder Militao manque d'expérience, notamment dans cette compétition. C'est un joueur de 21 ans, il faut le rappeler, et il est aux côtés de Raphaël Varane qui peine à montrer son leadership dans ces grands rendez-vous. Il y a 2 ans face au Real et l'an dernier face à l'Ajax, il s'était retrouvé sans Sergio Ramos et ça avait été une catastrophe sur le plan défensif. De plus, les deux centraux n'ont joué que quelques matches ensemble, trop peu pour avoir des références."
  • La titularisation d'Eden Hazard et de James Rodriguez. "Hazard, on parle du joueur qui est censé être la figure de proue de ce nouveau Real donc il doit être intégré tout de suite. Il n'a joué qu'une demi-heure face à Levante ce week-end mais il peut déjà faire mal. D'autant plus qu'il sera épaulé par James. Deux joueurs intelligents qui savent dézoner du même côté, c'est très intéressant. James a gagné sa place, c'est un extra que ce soit avec le ballon de par sa technique comme sans ballon, lui qui n'est jamais avare d'efforts. "
  • Karim Benzema, un brassard et une revanche à prendre. "Benzema, c'est l'attaquant de la Ligue des Champions. Il se doit de faire marquer comme à son habitude mais aussi de marquer des buts, d'autant plus qu'il portera le brassard ce soir. La dernière fois qu'il l'avait porté dans cette compétition, c'était lors du match retour face à l'Ajax l'an passé. Même s'il n'est pas seul responsable de cette élimination, il aura cette revanche à prendre dans un coin de la tête."

Côté PSG

  • Le jour d'Icardi. "Pour être honnête, j'y crois fort sur ce match, il a le profil-type du joueur qui peut faire mal à Varane, lequel est certes très rapide mais souffre face aux joueurs comme Icardi qui multiplient les changements de rythme et les appels-contre appels. Il a beaucoup à prouver sur ce match, lui qui n'a pas joué de gros match depuis 8 mois et sa mise à l'écart à l'Inter."
  • La titularisation surprise de Kimpembe. "Alors ça, je dois avouer que c'est le gros point d'interrogation. Diallo faisait un bon début de saison, performant en défense centrale mais aussi en latéral comme face à Strasbourg ce week-end. Qui plus est, Kimpembe sort d'une pubalgie, une blessure qui nécessite un temps de récupération étalé dans le temps. Après, Tuchel fait sûrement le choix de son agressivité, contrairement à un Diallo plus technique mais peut-être plus tendre aussi. Et la confiance accordée par son entraîneur peut sublimer Kimpembe."
  • Marquinhos en 6 et Gueye un cran plus haut. « C'est expérimental. Je ne dirais pas que Tuchel fait ce choix par peur des offensives madrilènes, mais plus par souci de "structure". C'est un entraîneur qui pense équilibre alors il tente. Il n'a pas encore trouvé la bonne alchimie défensive. »

Blessures, choix expérimentaux des deux côtés, débuts poussifs en championnat pour les deux équipes, ce choc perd peut-être de ses strass et paillettes mais gagne en suspense. La "glorieuse incertitude" accompagnera une soirée de gala, Parisiens et Madrilènes passeront sûrement par tous leurs états mais à la fin, le sport vaincra.