Paris-Nice: Roglic se lance dans la "course au soleil"

A son tour, le Slovène Primoz Roglic, numéro un mondial du cyclisme, débute sa saison et se lance dans la "course au soleil", l'autre nom de Paris-Nice, qui commence dimanche par une étape pour sprinteurs près du château de Versailles.

ANDER GILLENEA - AFP/Archives

A son tour, le Slovène Primoz Roglic, numéro un mondial du cyclisme, débute sa saison et se lance dans la "course au soleil", l'autre nom de Paris-Nice, qui commence dimanche par une étape pour sprinteurs près du château de Versailles.

Grand battu du Tour de France mais vainqueur ensuite de la Vuelta - sa dernière apparition en compétition le 8 novembre dernier - Roglic réunit l'ensemble des suffrages malgré la présence dans le peloton des 23 équipes du Britannique Tao Geoghegan Hart, le lauréat du Giro, et de l'Allemand Maximilian Schachmann, le tenant du titre.

Peu importe que le Slovène sorte d'un stage d'entraînement à Ténérife sans le moindre jour de course: le parcours de Paris-Nice, qui comporte un contre-la-montre de 14 kilomètres mardi et deux arrivées sélectives dans le Beaujolais (mercredi) et l'arrière-pays niçois (samedi), est taillé à ses mesures.

"L'entraînement en altitude s'est déroulé comme prévu et je veux montrer mon meilleur visage dans les courses à venir", annonce Roglic, qui dit chercher "à progresser dans tous les domaines". Avec le soutien d'une forte équipe Jumbo (Kruijswijk, Oomen, T. Martin), il est aussi armé pour les deux premières étapes, exposées au vent et propices aux bordures en fonction de la météo.

- Le festival du sprint -

Les sprinteurs, alléchés par le menu qui leur offre trois opportunités (Saint-Cyr-l'Ecole, Amilly, Bollène), sont venus en nombre pour ce qui s'annonce un festival de mars. Avec, pour têtes d'affiche, le champion de France Arnaud Démare et l'Irlandais Sam Bennett, qui seront confrontés à quelques autres pointures (Ackermann, Nizzolo, Pedersen, Philipsen, Kristoff, Bauhaus, Matthews, Trentin, Bouhanni, Coquard) dès la première journée, pour l'arrivée jugée en huis clos au bout d'une petite montée dans Saint-Cyr-l'Ecole.

Comme à l'habitude, d'autres, tels les Belges Philippe Gilbert et Oliver Naesen, viennent monter en puissance dans Paris-Nice qui se partage la semaine prochaine l'élite du peloton mondial avec Tirreno-Adriatico (Alaphilippe, Bardet et Pinot pour s'en tenir aux Français).

Le Britannique Geoghegan Hart, vainqueur du Giro, le 25 octobre 2020 à Milan

Le Britannique Geoghegan Hart, vainqueur du Giro, le 25 octobre 2020 à Milan

Luca Bettini - AFP

Les classiques se préparent au long de ses étapes exigeantes, dans une course animée et souvent incertaine, qui se joue à coup de secondes dès lors que le contre-la-montre, limité cette année à 14 kilomètres, laisse des écarts resserrés.

Pour les grimpeurs (Gaudu, Vlasov, Hindley), il conviendra de limiter la casse mardi du côté de Gien (Loiret). Geoghegan Hart, qui a couru une seule fois Paris-Nice en tant qu'équipier (en 2019), connaît l'équation tout comme son aîné, l'Australien Richie Porte, le double vainqueur de l'épreuve durant les années 2010, rentré cet hiver au bercail de l'équipe Ineos.

Avec Roglic et Geoghegan Hart, chefs de file des deux équipes les plus puissantes du peloton du Tour, c'est déjà la Grande Boucle qui se profile. Mais, pour l'heure, l'incertitude liée à la situation sanitaire est de mise sur le prochain week-end et le final niçois, qui avait été raccourci d'une étape l'an passé. La pandémie n'en était alors qu'à son début.

AFP / Paris (AFP) / © 2021 AFP