Open d'Australie: McEnroe et Navratilova montent au filet contre Margaret Court

La fronde anti-Margaret Court continue ! Martina Navratilova et John McEnroe ont, selon des images télévisées, quitté le court où ils venaient de disputer un double mixte séniors, mardi à l'Open d'Australie, en brandissant une pancarte avec l'inscription: "Evonne Goolagong Arena".

ROMAIN LAFABREGUE - AFP/Archives

La fronde anti-Margaret Court continue ! Martina Navratilova et John McEnroe ont, selon des images télévisées, quitté le court où ils venaient de disputer un double mixte séniors, mardi à l'Open d'Australie, en brandissant une pancarte avec l'inscription: "Evonne Goolagong Arena".

Les deux gloires américaines du tennis, qui condamnent les propos controversés de la championne australienne sur l'apartheid et l'homosexualité, militent pour que la "Margaret Court Arena", l'un des courts principaux du Melbourne Park, soit rebaptisée en "Evonne Goolagong Arena".

Court, 77 ans, détient le record absolu de titres en Grand Chelem avec 24 trophées. Sa compatriote Goolagong, 68 ans, première Aborigène à avoir remporté un "Majeur", en compte sept.

Navratilova, qui a publié mardi une lettre ouverte demandant de changer le nom du deuxième court le plus important de l'Open d'Australie, est aussi montée sur la chaise du juge-arbitre pour faire une déclaration, mais la télévision a rapidement interrompu sa retransmission selon des médias.

"Cela me peine de le dire, mais la Margaret Court Arena doit être rebaptisée", écrit l'ex-N.1 mondiale. "Comme digne remplaçante, mes suffrages vont vers Evonne Goolagong. Evonne est l'incarnation de ce qu'est vraiment un modèle ou un héros", poursuit-elle.

McEnroe a déjà qualifié récemment Margaret Court, devenue pasteure à Perth (ouest), de "tatie cinglée".

Court a fait l'objet de vives critiques pour avoir fait l'éloge du système d'apartheid en Afrique du Sud, déclaré que "le tennis est plein de lesbiennes" et que les enfants transgenres sont "l'oeuvre du diable".

AFP / Melbourne (AFP) / © 2020 AFP