NBA: mort de Jerry Sloan, ancien grand entraîneur de Utah Jazz

L'ancien entraîneur de Utah Jerry Sloan, un des meilleurs qu'ait compté la NBA et qui a mené le Jazz a deux finales perdues en 1997 et 1998 face aux Bulls de Michael Jordan, est mort vendredi à 78 ans, a annoncé la franchise.

Melissa Majchrzak - NBAE / Getty Images/AFP/Archives

L'ancien entraîneur de Utah Jerry Sloan, un des meilleurs qu'ait compté la NBA et qui a mené le Jazz a deux finales perdues en 1997 et 1998 face aux Bulls de Michael Jordan, est mort vendredi à 78 ans, a annoncé la franchise.

Intronisé au Hall of Fame en 2009, Sloan, qui fut à la tête de l'équipe évoluant à Salt Lake City pendant 23 ans, est décédé de complications liées à la maladie de Parkinson et à la démence à corps de Lewy qui lui faisait perdre progressivement la mémoire et ses facultés d’analyse.

"Jerry Sloan sera toujours synonyme du Utah Jazz. Il fera toujours partie de l'organisation du Utah Jazz et nous nous joignons à sa famille, ses amis et ses fans pour pleurer sa perte", a indiqué club.

"Nous sommes tellement reconnaissants pour ce qu'il a accompli ici et pour les décennies de dévouement, de loyauté et de ténacité dont il a fait preuve au sein notre franchise", a-t-il ajouté.

Avec la mort de Sloan, c'est une longue page de l'histoire du Jazz qui se tourne, probablement la plus glorieuse à défaut d'avoir été victorieuse. Car si de l'avis de beaucoup le collectif impressionnant du Jazz, qu'il avait bâti autour du duo Karl Malone/John Stockton, aurait pu à l'époque le récompenser d'une bague, les années 1990 étaient bien celles de Jordan et des Bulls.

Ironie du sort, c'est à Chicago que tout commença ou presque pour lui dans le basket professionnel. D'abord en tant que joueur pendant dix ans (1966-1976) puis en tant que coach pour sa première expérience entre 1979 et 1982.

Sloan posa ensuite définitivement ses valises à Salt Lake City, pour succéder Frank Layden, futur président d'une franchise qu'il mènera vingt fois aux play-offs dont quinze années d'affilée.

A sa retraite, en 2011 il présentait le quatrième bilan de l'histoire de la NBA avec 1.221 victoires derrière Gregg Popovich (1.272, toujours en activité), Lenny Wilkens (1.332) et Don Nelson (1.335).

AFP / Los Angeles (AFP) / © 2020 AFP