Natation: Ledecky, Dressel, Manuel en quête de visas olympiques pour Tokyo

Katie Ledecky, Caeleb Dressel ou encore Simone Manuel, devraient être les stars du bassin olympique cet été aux Jeux de Tokyo, mais ils devront d'abord s'y qualifier lors des sélections américaines qui débutent dimanche à Omaha (Nebraska).

Maddie Meyer - GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives

Katie Ledecky, Caeleb Dressel ou encore Simone Manuel, devraient être les stars du bassin olympique cet été aux Jeux de Tokyo, mais ils devront d'abord s'y qualifier lors des sélections américaines qui débutent dimanche à Omaha (Nebraska).

La joie de l'Américaine Katie Ledecky, médaillée d'or après avoir remporté le 800 m nage libre, le 12 août 2016 aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro

La joie de l'Américaine Katie Ledecky, médaillée d'or après avoir remporté le 800 m nage libre, le 12 août 2016 aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro

GABRIEL BOUYS - AFP/Archives

Cinq ans après Rio où elle avait raflé quatre médailles d'or, Ledecky veut au moins rééditer la même performance. Et elle devrait, sauf accident, valider son ticket sur 200 m, 400 m, 800 m et... 1.500 m nage libre, qui s'avère être sa distance préférée et fera sa première apparition aux JO (23 juillet-8 août).

"Il y a eu tellement de grandes nageuses sur longues distance qui sont passées par les Etats-Unis, mais n'ont pas eu cette opportunité de faire cette épreuve aux Jeux olympiques... Je veux donc profiter de cette occasion", a récemment confié celle qui devrait aussi être du relais 4x200 m, sur lequel elle a également été sacrée en 2016.

Si on fait un calcul rapide, Ledecky pourrait, à 24 ans, devenir la sportive la plus titrée de l'histoire olympique, car elle a obtenu l'or une première fois à Londres en 2012, sur 800 m libre, à 15 ans seulement. Si elle fait un carton plein à Tokyo, elle porterait sa collection à dix médailles du plus beau métal, soit une de plus que l'ancienne gymnaste soviétique Larisa Latynina.

- Des records pourraient tomber -

La nageuse la plus rapide de l'histoire sur 400 m, 800 m et 1.500 m libres ne devrait pas à être la seule à écraser ses courses à Omaha, où seuls les deux premiers des finales gagneront leur accessit et où des records du monde pourraient tomber.

L'Américaine Simone Manuel et la Canadienne Penny Oleksiak se congratulent après avoir remporté ex-aequo le 100 m nage libre, le 11 août 2016 aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro

L'Américaine Simone Manuel et la Canadienne Penny Oleksiak se congratulent après avoir remporté ex-aequo le 100 m nage libre, le 11 août 2016 aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro

CHRISTOPHE SIMON - AFP/Archives

La sprinteuse Simone Manuel, médaillée d'or sur 100 m libre (ex-æquo avec la Canadienne Penny Oleksiak) et 4x100 m quatre nages à Rio, où elle a aussi décroché l'argent au relais 4×100 m nage libre et au 50 m nage libre, vise quant à elle un doublé à Tokyo que seule l'Australienne Dawn Fraser a réussi, réalisant même le triplé en 1956, 1960 et 1964.

Première championne olympique afro-américaine de l'histoire dans une épreuve individuelle, Manuel a confirmé sa domination aux Mondiaux 2017 et 2019 sur 100 m libre.

Détentrice du record du monde du 200 m dos, Regan Smith est elle la favorite logique sur cette distance et sur le 100 m dos. Tout comme Lily King, imprenable depuis Rio sur 100 m brasse, dont elle a établi le meilleur chrono de l'histoire en 2017, et qui tentera de doubler sur 200 m brasse.

- Concours de durabilité -

L'Américain Caeleb Dressel, lors de sa victoire en finale du 50 m nage libre, le 27 juillet 2019 à Gwanju (Corée du sud)

L'Américain Caeleb Dressel, lors de sa victoire en finale du 50 m nage libre, le 27 juillet 2019 à Gwanju (Corée du sud)

François-Xavier MARIT - AFP/Archives

Chez les hommes, Caeleb Dressel concentre les attentions. Relayeur en or à Rio sur 4x100 m libre et 4x100 m quatre nages, il a écrasé la concurrence en individuel aux Mondiaux-2019 à Gwangju, en Corée du Sud, en étant sacré sur 50 m et 100 m libre et en papillon sur ces mêmes distances, ainsi que sur 4x100 m libre et quatre nages..

Recordman du monde du 100 m papillon et du 50 m libre, il a ajouté le 200 papillon et le 200 quatre nages à son programme dans le Nebraska. Preuve de ses ambitions sans limite, pour, qui sait, s'approcher de Michael Phelps et ses 8 médailles d'or à Pékin en 2008, même si Dressel convient prudemment que "cela ne dépend pas que de (lui)".

Enfin, deux "vétérans" tenteront de renouer avec leur gloire passée.

L'Américain Ryan Lochte, lors des séries du 200 m 4 nages aux TYR Pro Swim Series, le 10 avril 2021 à Mission Viejo en Californie

L'Américain Ryan Lochte, lors des séries du 200 m 4 nages aux TYR Pro Swim Series, le 10 avril 2021 à Mission Viejo en Californie

Sean M. Haffey - GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives

Ryan Lochte espère devenir à 36 ans le nageur le plus âgé de l'histoire à défendre les couleurs américaines aux Jeux. Détenteur du record du monde du 200 m quatre nages individuel, établi en 2011, celui qui possède 12 breloques olympiques à son palmarès a cependant peu de chances de disputer ses cinquièmes JO, car il aura Michael Andrew et Chase Kalisz comme concurrents.

Nathan Adrian, médaillé d'or du 100 m nage libre en 2012, espère lui participer à une quatrième olympiade, qui serait un admirable exploit, après avoir lutté contre un cancer des testicules diagnostiqué en 2019.

AFP / Omaha (Etats-Unis) (AFP) / © 2021 AFP