Nascar: Trump veut des excuses du pilote noir Bubba Wallace

Donald Trump a demandé lundi des excuses à Bubba Wallace, le seul pilote noir titulaire en Nascar, qui avait provoqué l'émoi aux Etats-Unis quand un noeud coulant avait été découvert dans son garage avant que le FBI conclue qu'il n'avait pas été victime d'un crime raciste.

Chris Graythen - GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Donald Trump a demandé lundi des excuses à Bubba Wallace, le seul pilote noir titulaire en Nascar, qui avait provoqué l'émoi aux Etats-Unis quand un noeud coulant avait été découvert dans son garage avant que le FBI conclue qu'il n'avait pas été victime d'un crime raciste.

En juin, alors que les manifestations contre le racisme battaient leur plein dans le pays, Bubba Wallace avait retrouvé une corde de pendu dans son garage, avant une course de ce championnat automobile américain très populaire dans le Sud et prisé des conservateurs.

Les autorités fédérales avaient rapidement ouvert une enquête, la corde rappelant les lynchages pratiqués aux Etats-Unis pendant les périodes esclavagiste et ségrégationniste. En plein mouvement "Black Lives Matter", l'affaire avait eu un écho médiatique très fort.

Mais très rapidement l'enquête avait déterminé que la corde, même si elle avait effectivement la forme d'un noeud coulant, avait été installée dans le garage des mois auparavant et que Bubba Wallace n'avait donc pas été la cible d'un crime raciste.

Cette conclusion avait été largement commentée sur les réseaux sociaux, notamment parmi des groupes de droite et d'extrême droite qui criaient au canular.

"Est-ce que Bubba Wallace s'est excusé auprès de tous ces grands pilotes et responsables de la Nascar qui lui sont venus en aide, l'ont soutenu et étaient prêts à tout sacrifier pour lui, avant de se rendre compte que tout cela n'était qu'un autre canular?", a tweeté le président Trump lundi matin.

Tous les pilotes avaient réagi en solidarité, le pensant victime d'un crime raciste, et même après la conclusion de l'enquête la Nascar avait rappelé que le noeud coulant était bien réel, tout comme sa préoccupation pour Bubba Wallace.

"Avec le recul, j'aurais dû utiliser le mot +présumé+ dans notre déclaration", avait cependant nuancé le président de la Nascar, Steve Phelps.

Cet épisode "et la décision du drapeau ont provoqué les pires audiences" télévisées pour le championnat, a ajouté lundi le président Trump, faisant référence à la décision le mois dernier de la Nascar d'interdire le drapeau confédéré de ses gradins pendant les courses.

- "Jugements hâtifs" -

"Répondez toujours à la haine que l'on vous jette par l'amour!", a réagi Bubba Wallace sur Twitter lundi, dans un message adressé à "la prochaine génération". "L'amour plus fort que la haine chaque jour. (...) Même si la haine vient du président..."

Lors du point-presse quotidien à la Maison Blanche, de nombreux journalistes ont questionné la demande d'excuses du président, qui semblait selon eux suggérer que le pilote avait organisé une mise en scène.

Le tweet était "une accusation totale contre les jugements hâtifs des médias qui l'ont qualifié de crime raciste", a répondu la porte-parole de la Maison Blanche Kayleigh McEnany.

Elle a notamment comparé l'affaire avec le cas de l'acteur noir et homosexuel Jussie Smollett, soupçonné d'avoir organisé une fausse agression raciste et homophobe à son encontre en janvier 2019.

Quant à l'avis de Donald Trump sur le drapeau confédéré, symbole des Etats esclavagistes pendant la guerre de Sécession, "le président a dit très clairement qu'il ne prendrait pas position", a répété la porte-parole.

Depuis la mort de l'Afro-Américain George Floyd, beaucoup de manifestants s'en prennent à des symboles du passé raciste et esclavagiste des Etats-Unis, comme les statues et les drapeaux confédérés.

Un mouvement auquel M. Trump s'est fortement opposé, le qualifiant de "révolution culturelle gauchiste".

AFP / Washington (AFP) / © 2020 AFP