MotoGP: Marquez "immédiatement" dans le rythme pour son retour au Portugal !

Quelque tours seulement lui ont suffi pour retrouver sa vitesse: éloigné des circuits pendant neuf mois à cause d'une fracture au bras droit, c'est un Marc Marquez dans le rythme qui a réintégré le MotoGP en essais libres au Portugal vendredi.

PATRICIA DE MELO MOREIRA - AFP

Quelque tours seulement lui ont suffi pour retrouver sa vitesse: éloigné des circuits pendant neuf mois à cause d'une fracture au bras droit, c'est un Marc Marquez dans le rythme qui a réintégré le MotoGP en essais libres au Portugal vendredi.

Le sextuple champion du monde dans la catégorie reine, qui s'est fracturé l'humérus droit en chutant lors du premier GP de 2020 en juillet, s'est classé 6e des deux premières séances, à 473/1000 du plus véloce, l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati).

"La vitesse est là. J'en suis très heureux et ça me tranquillise", se félicite l'intéressé, qui n'a pas perdu son large sourire. Désormais, "tout va dépendre de ma condition physique", tempère-t-il toutefois.

"Cet après-midi, je sentais déjà mon bras un peu fatigué. Dans quel état, vais-je me réveiller demain ? Si j'ai moins de puissance, il faudra adapter mon pilotage", anticipe-t-il.

La confirmation viendra bien assez tôt, en essais libres 3 samedi à 09h55 locales (10h55 françaises) et en qualifications à 14h10 (15h10).

- "Immédiatement bien" -

L'Espagnol Marc Marquez au guidon de sa Honda Repsol lors de la 1re séance d'essais libres du GP du Portugal, à Portimao, le 16 avril 2021

L'Espagnol Marc Marquez au guidon de sa Honda Repsol lors de la 1re séance d'essais libres du GP du Portugal, à Portimao, le 16 avril 2021

PATRICIA DE MELO MOREIRA - AFP

Après 265 jours de pause forcée (toute la saison 2020 et les deux premières manches de 2021 au Qatar) et trois opérations de son humérus cassé et infecté entre juillet et décembre, l'Espagnol a repris la piste peu après 11h00. En se frayant un passage dans une nuée de photographes et de caméras massés devant son garage.

"Immédiatement, je me suis senti bien", assure-t-il. "La situation est meilleure que ce à quoi nous nous attendions. Je ne sais pas pourquoi, je ne comprends pas encore comment je pilote. Je fais comme les autres mais je ne sens pas les limites de ma moto."

A plusieurs reprises, tout de même, il a signé le meilleur chrono des essais libres 1, provoquant à chaque fois l'excitation des médias espagnols nombreux en salle de presse à Portimao, pour finalement terminer 3e à 251/1000 du leader d'alors, son compatriote Maverick Vinales (Yamaha).

La performance est d'autant plus impressionnante que la piste était piégeuse, parsemée de tâches d'humidité.

La fatigue a rendu son après-midi un peu moins facile, avec quelques petites frayeurs, mais tout de même... Outre l'état de son bras, le pilote de 28 ans estimait jeudi que la seconde inconnue était son mental. Manifestement, le risque ne lui fait toujours pas peur.

"C'est fort !", s'enthousiasme le leader du championnat, le Français Johann Zarco (Ducati-Pramac), 8e des deux séances combinées. "Tu sens qu'il n'a rien perdu de son aisance. Il n'est pas huit fois champion du monde (toutes catégories confondues) pour rien. Son adaptation est immédiate. C'est encore mieux que je ne l'imaginais."

- "Le même Marc" -

L'Espagnol Marc Marquez au guidon de sa Honda Repsol lors de la 2e séance d'essais libres du GP du Portugal, à Portimao, le 16 avril 2021

L'Espagnol Marc Marquez au guidon de sa Honda Repsol lors de la 2e séance d'essais libres du GP du Portugal, à Portimao, le 16 avril 2021

PATRICIA DE MELO MOREIRA - AFP

L'autre Tricolore Fabio Quartararo (Yamaha), 2e du classement du jour et de celui des pilotes, n'est pas surpris. "On sait à quel point il est fort mentalement et comme il connaît bien sa Honda. Nous avons retrouvé le même Marc", constate-t-il.

Derrière Bagnaia et Quartararo, vainqueur de la manche précédente, les Espagnols de Suzuki Joan Mir et Alex Rins, ainsi que l'Australien Jack Miller (Ducati), complètent le top 5 du jour.

Champion du monde en titre, Mir est privé ce week-end de son habituel chef mécanicien, testé positif au Covid-19 avant le GP et qui a été remplacé.

A noter, une fois de plus cette saison, l'absence dans le top 10 des Yamaha satellites de l'écurie SRT, avec les Italiens Valentino Rossi et Franco Morbidelli 15e et 19e respectivement.

Enfin, lors des essais libres 2, ont chuté l'Espagnol Aleix Espargaro (Aprilia) et surtout le Japonais Takaaki Nakagami (Honda-LCR), pour une interminable glissade. Ce dernier a repris la piste après un passage au centre médical mais il boitait par la suite.

Par Raphaëlle PELTIER / Portimao (Portugal) (AFP) / © 2021 AFP