Mondiaux de judo: Julia Tolofua passe tout près

La médaille de bronze était tout près mais la Française Julia Tolofua est restée samedi "à un pas du podium" lors des championnats du monde de judo à Budapest, où elle s'est tout de même bien relancée après des années difficiles.

Attila KISBENEDEK - AFP

La médaille de bronze était tout près mais la Française Julia Tolofua est restée samedi "à un pas du podium" lors des championnats du monde de judo à Budapest, où elle s'est tout de même bien relancée après des années difficiles.

"Je suis déçue mais j'ai fait une grosse journée. J'ai les larmes aux yeux parce que je sais que c'était à ma portée. J'étais à un pas du podium donc je suis un peu triste", a-t-elle raconté en zone mixte après sa défaite contre la Brésilienne Beatriz Souza dans le match pour la médaille de bronze.

"On a le même judo. J'ai fait une erreur en essayant de la contrer, elle a mis tout son poids et après, pour sortir, j'ai fait tout ce que je pouvais mais j'étais vraiment coincée en dessous", a-t-elle ajouté.

Mais avant ce revers face à la N.7 mondiale et double championne panaméricaine, Tolofua (24 ans) avait montré qu'elle avait toute sa place aux Mondiaux, alors que dans sa catégorie de poids, c'est Romane Dicko qui représentera la France cet été aux Jeux Olympiques de Tokyo.

Dans le tableau principal, contre des adversaires de valeur comme la Bosnienne Larisa Ceric et l'Allemande Jasmin Grabowski, ou en repêchage face à la Portoricaine Melissa Mojica, elle s'est toujours imposée par ippon au bout de combats où elle a constamment eu l'initiative.

Même en quart de finale contre la Cubaine Idalys Ortiz, N.1 mondiale et légende de la catégorie avec ses trois médailles olympiques, dont l'or de Londres en 2012, et ses deux titres mondiaux, elle a d'abord fait mieux que résister avant d'être battue par ippon sur immobilisation.

"C'est mes premiers Mondiaux, je les attendais. Je suis contente. Je n'ai rien lâché de toute la journée, j'ai montré ce que je voulais montrer", a jugé la cousine des deux Tolofua du rugby, Selevasio et Christopher, tous deux internationaux avec l'équipe de France.

- Fontaine façon Mbappé -

Alors qu'elle a connu plusieurs blessures importantes depuis son éclosion chez les jeunes (ligament croisé, ischios....), quand elle rivalisait avec Dicko pour la suprématie nationale dans une catégorie des lourdes très relevée en France, ces Mondiaux de Budapest confirment qu'elle revient au premier plan.

"J'ai quand même montré pas mal de choses, j'ai fait une bonne grosse journée. Mais je pouvais aller sur cette place de trois", regrettait tout de même la combattante d'Orléans, consciente d'être passée tout près.

L'autre Française engagée samedi, la vice-championne d'Europe Léa Fontaine, a elle aussi été battue par Souza, qui a donc fait mal aux Bleues, mais dès le premier tour.

"Je suis un peu déçue, un peu frustrée. Je voulais bien faire mais elle m'a menée waza-ari et j'ai un peu paniqué, je ne savais plus quoi faire. C'est de l'expérience emmagasinée, on va travailler", a déclaré en zone mixte la jeune (19 ans) Française.

"Je n'aime pas trop me baser sur l'âge, l'âge ça ne veut rien dire pour moi", a-t-elle ajouté, façon Kylian Mbappé. "On va améliorer tout ça et revenir pour prendre le dossard rouge j'espère. C'est la loi du haut niveau, il faut l'accepter et y répondre en retournant travailler pour revenir plus forte."

Il n'y avait pas de Français engagés samedi chez les +100 kg, la catégorie de Teddy Riner. Dimanche, les Mondiaux de Budapest se terminent avec la compétition par équipes mixtes.

AFP / Budapest (AFP) / © 2021 AFP