Mondial de hand: pour Porte, les Bleus avancent sur "la pointe des pieds"

Les Bleus, "agréablement surpris" par leur parcours au Mondial en Egypte, vont continuer d'avancer "sur la pointe des pieds, avec humilité", a déclaré l'ailier Valentin Porte à la veille du quart de finale face à la Hongrie.

Anne-Christine POUJOULAT - POOL/AFP

Les Bleus, "agréablement surpris" par leur parcours au Mondial en Egypte, vont continuer d'avancer "sur la pointe des pieds, avec humilité", a déclaré l'ailier Valentin Porte à la veille du quart de finale face à la Hongrie.

Q: Le match entre l'Espagne et la Hongrie, qui a ménagé ses meilleurs joueurs et semblait donc préférer vous rencontrer en quarts, vous a-t-il plu?

R: "Non, pas du tout. En tant que passionné de hand, je me faisais un plaisir de regarder un bon match, au-delà du résultat dont je me fichais un peu. Cela m'a gâché mon plaisir, j'ai même zappé par moments. Cela ne me vexe pas parce que chaque équipe a son plan de bataille. Peut-être que le staff hongrois et son équipe se disaient qu'ils auraient plus de chances contre nous. Il faut le respecter mais par expérience, quand ça calcule comme ça, on prend un peu le karma dans la tête le lendemain ou le surlendemain, et on se retrouve souvent à perdre les deux matches. S'ils nous battent demain, bravo à eux, ça veut dire que leur tactique aura bien fonctionné mais oui, c'est vrai que ça nous pique un petit peu plus, on a encore plus envie de les battre."

Q: Comment définir cette équipe hongroise?

Le pivot hongrois Bence Nagy voit son tir bloqué par l'Espagnol Jorge Maqueda, lors de leur match du Mondial de handball, le 25 janvier 2021 au Caire

Le pivot hongrois Bence Nagy voit son tir bloqué par l'Espagnol Jorge Maqueda, lors de leur match du Mondial de handball, le 25 janvier 2021 au Caire

Anne-Christine POUJOULAT - POOL/AFP

R: "C'est expérimenté et très physique. C'est différent de toutes les équipes qu'on a jouées auparavant. Il y a beaucoup de gros gabarits, avec beaucoup de puissance à longue distance. Il va falloir s'adapter avec un pivot qui est peut-être un des meilleurs pivots au monde actuellement. La Hongrie est très forte, on la prend très au sérieux et je ne suis pas sûr qu'elle soit aujourd'hui moins forte que l'Espagne ou le Danemark."

- "Surpris et heureux" -

Q: Le succès contre le Portugal a-t-il permis de chasser les derniers doutes vous concernant?

Les Français célèbrent leur victoire face au Portugal (32-23) lors du Mondial de handball, le 24 janvier 2021 dans la Ville du 6 Octobre, un faubourg proche du Caire

Les Français célèbrent leur victoire face au Portugal (32-23) lors du Mondial de handball, le 24 janvier 2021 dans la Ville du 6 Octobre, un faubourg proche du Caire

Anne-Christine POUJOULAT - POOL/AFP/Archives

R: "Je n'avais pas forcément de doutes après la Suisse, l'Algérie, les matches un peu compliqués, parce que je savais qu'on pouvait faire mieux, et je ne suis pas forcément rassuré non plus après le Portugal. J'étais le premier surpris et heureux, maintenant je sais bien qu'on est capables aussi de retomber dans nos travers, comme beaucoup d'équipes. Il y a toujours des doutes, c'est pour ça qu'on travaille tous les jours à l'entraînement. Rien n'a été fait, le plus important reste à venir."

Q: Après l'échec de l'Euro, vous voici de nouveau à 60 minutes du dernier carré d'une grande compétition...

R: "Les derniers carrés, on en a fait souvent les années précédentes et ça s'est souvent soldé par une grosse désillusion en demi-finale (Euro 2018, Mondial 2019). Aujourd'hui, nous avons abordé la compétition différemment, en raison de notre reconstruction et de ce qu'il s'est passé contre la Serbie (aucun succès en deux confrontations début janvier), avec de l'humilité, sans rien annoncer. On est tous agréablement surpris par notre parcours. Qui nous aurait dit, il y a un mois, qu'on allait faire 6 victoires en 6 matches en jouant en plus des grosses nations? On va continuer comme ça, sur la pointe des pieds, avec humilité, à essayer de gravir les échelons, notamment face à la Hongrie. Après, on aura vraiment à cœur de passer ce cap des demi-finales, ce qui n'a pas été fait depuis très longtemps (en 2017 lors du dernier titre mondial, NDLR)."

Propos recueillis en visioconférence

AFP / Le Caire (AFP) / © 2021 AFP