Malgré son triste nul face au Danemark, la France conserve la première place

L'équipe de France n'a pas brillé, loin de là, face au Danemark, mais est parvenue à assurer l'essentiel. Son match nul (0-0) lui assure la première place du groupe C.

Thumbnail

Après deux premiers matches au jeu peu emballant, Didier Deschamps avait procédé à une large revue d'effectif pour ce troisième match de la Coupe du Monde 2018 face au Danemark.

De nouvelles têtes qui pouvaient donc prétendre à une place de titulaire pour la suite de la compétition s'ils se montraient à leur avantage. Mais ce mardi après-midi à Moscou, l'équipe de France a montré les mêmes limites que sur les deux premiers matches, peut-être pires, notamment sur l'animation offensive.

Avec un jeu collectif quasi-inexistants, les Bleus n'ont pas su se montrer dangereux dans la moitié de terrain adverse. Une circulation de balle trop lente, peu ou pas de combinaisons collectives pour créer des décalages... L'impression d'une équipe de France inoffensive, qui aurait pu jouer des heures sans marquer, avait rarement atteint un tel niveau ces derniers mois.

Antoine Griezmann, en difficulté sur ses deux premières sorties et maintenu sur ce match pour lui permettre de retrouver des jambes et de la confiance, n'a jamais été en position favorable, excepté un contre mené tambour battant en fin de première mi-temps avant d'être fauché par un Danois qui a écopé d'un carton jaune, faible sanction pour avoir sauvé son équipe d'un dangereux 3 contre 3.

Le meneur de jeu de l'équipe de France est sorti à l'heure de jeu pour laisser sa place à Nabil Fékir, qui a apporté de la justesse technique et donné aux supporters français leurs seuls frissons à travers deux frappes dangereuses, l'une dans le petit filet et l'autre bien repoussée par Schmeichel, le portier danois.

Parmi les entrants, Djibril Sidibé, qui a perdu sa place de titulaire à cause d'une blessure en fin de saison au profit de Benjamin Pavard, a montré d'importantes limites, tant dans le placement défensif que dans l'apport offensif, avec des centres trop peu précis pour apporter le danger. La hiérarchie au poste de latéral droit ne devrait donc pas être chamboulée. Même chose au milieu de terrain, où le double pivot défensif N'Zonzi - Kanté n'a pas assez apporté offensivement. Le retour de Paul Pogba aux côtés de N'Golo Kanté devrait faire du bien dans l'entre-jeu tricolore.

Devant, le poste d'ailier gauche était à prendre après la prestation manquée de Blaise Matuidi contre le Pérou et Thomas Lemar, qui sort d'une saison compliquée à Monaco, avait une vraie carte à jouer. Mais le milieu offensif est resté au niveau du reste de l'équipe, trop souvent transparent sur le terrain. Même chose de l'autre côté, avec un Moussa Dembele qui, malgré quelques tentatives en première mi-temps, est resté beaucoup trop discret et a montré trop de carences techniques. L'entrée de Kilian Mbappé a montré la différence de percussion entre les deux joueurs.

Au final, l'équipe de France sort tout de même de cette rencontre avec une certitude. Les titulaires face au Pérou jeudi dernier ne devraient pas être bousculés par leurs remplaçants. L'équipe qui jouera le huitième de finale, samedi à 16h, devrait être fortement similaire à celle qui s'est imposée, péniblement, contre les Péruviens.

Contre quel adversaire ? Réponse ce soir après les matches qui débutent à 20h. Les Bleus affronteront le 2e du groupe D, qui peut encore être soit le Nigéria, soit l'Argentine, l'Islande et même la Croatie. Pour voir plus loin, il faudra montrer autre chose.