Ligue des champions: Lyon n'envisage "pas de plan anti-Ronaldo"

L'entraîneur de l'Olympique lyonnais Rudi Garcia a assuré mardi qu'il ne mettrait pas en place de plan anti-Ronaldo au Groupama Stadium pour affronter la Juventus Turin, mercredi en huitième de finale aller de la Ligue des champions.

PHILIPPE DESMAZES - AFP

L'entraîneur de l'Olympique lyonnais Rudi Garcia a assuré mardi qu'il ne mettrait pas en place de plan anti-Ronaldo au Groupama Stadium pour affronter la Juventus Turin, mercredi en huitième de finale aller de la Ligue des champions.

- L'épouvantail Juve ? -

"Honnêtement, l'institution Juventus est tellement forte qu'il n'y a pas énormément de changements sur la manière d'évoluer au fil des changements d'entraîneurs", a noté Rudi Garcia.

"A nous d'être à notre maximum pour obtenir déjà un bon résultat à l'aller. En espérant que la Juve ne soit pas à 100%. Généralement, quand il y a une équipe plus forte, elle est favorite. Il faut déjouer les pronostics car peu de monde nous estime capables de nous qualifier dans cette double confrontation, mais sur la motivation, je n'ai pas d'inquiétude par rapport à mes joueurs", a encore dit l'entraîneur de l'OL.

"C'est une équipe habituée à gagner. Elle a peu de points faibles mais j'ai trouvé beaucoup de points forts", a-t-il analysé.

- Pas de plan anti-Ronaldo -

"Cristiano Ronaldo, c'est (le gardien de l'OL) Anthony Lopes qui en parle le mieux. Il le connaît bien pour avoir été en sélection portugaise avec lui", a déclaré Garcia.

"Il n'est pas surpris de ce qu'il fait encore à 35 ans. Je ne le connais pas personnellement mais c'est un formidable professionnel. C'est ce que tout le monde dit. Il travaille plus que les autres, certainement, avant et après les entraînements", a ajouté le technicien.

"Il fait évidemment partie des meilleurs de la planète. C'est super de l'avoir en face de nous même si on essaiera de faire en sorte qu'il nous fasse moins de misères qu'à d'autres. Il n'y aura pas de plan anti-Ronaldo car si c'était le cas, il faudrait un plan anti-Dybala ou anti-Higuain. Il y a trop de joueurs très forts dans cette équipe pour résoudre les problèmes individuellement. Il faudra les résoudre collectivement", a souligné l'entraîneur de l'OL.

De son côté, Maurizo Sarri, le coach de la Juventus a loué l'état de forme du Portugais.

"C'est un joueur apprécié aussi bien en France que dans le monde entier. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Il a beaucoup marqué dernièrement et quand il a de bonnes jambes, il tire l'équipe et ses équipiers vers le haut à l'entraînement comme en match. Il est très bien physiquement et mentalement. Il livre des performances de très haut niveau", a-t-il confié.

- Coronavirus -

"Nous n'en n'avons pas tenu compte. Comment en tenir compte d'ailleurs, dans quel contexte ?", s'est interrogé Rudi Garcia.

"Je veux bien parler de jeu. Je suis focalisé sur le terrain. Il y a des gens spécialisés pour évoquer ce sujet grave, au club et surtout en dehors du club. On verra ce qu'il en est et notamment de savoir si les supporters de la Juve pourront venir ou pas. Nous sommes concentrés sur le terrain et la préparation du match et pas sur autre chose", a-t-il encore répondu.

De son côté, Sarri a été plus loquace évoquant "un problème européen et non pas seulement italien".

"En Italie, nous avons fait 3.500 tests et nous avons eu un certain nombre de cas détectés. En France, il y a eu moins de tests et si on en avait fait un nombre équivalent, il y aurait autant de cas positifs", a-t-il estimé.

"Je considère que nos supporters ont le droit d'être présents au stade. Il y a clairement un problème à résoudre mais les autorités ont le devoir d'essayer de contenir le virus", a conclu Maurizio Sarri.

- Quel système pour l'OL ? -

"Mercredi, on ne jouera pas dans le même système qu'à Metz (3-4-3)", a annoncé Rudi Garcia. Info ou intox ?

"Il y avait des particularités à Metz et notamment l'intégration de Bruno Guimaraes au milieu et le retour de Léo Dubois sur le côté droit de la défense. C'était la bonne configuration pour qu'ils soient dans de bonnes conditions", a rappelé Garcia. Mais Guimaraes devrait laisser sa place à Houssem Aouar dans l'entrejeu.

"Le plus important est que les joueurs animent bien le système adopté", a-t-il conclu.

AFP / Décines-Charpieu (France) (AFP) / © 2020 AFP