Les JO de Tokyo se tiendront cet été, "pas de plan B", selon le président du CIO à une agence japonaise

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, s'est déclaré convaincu jeudi que les Jeux olympiques de Tokyo se tiendraient cet été, ajoutant qu'il "n'y (avait) pas de plan B" alors que la pandémie continue de sévir dans le monde, y compris au Japon.

Behrouz MEHRI, BEHROUZ MEHRI - POOL/AFP/Archives

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, s'est déclaré convaincu jeudi que les Jeux olympiques de Tokyo se tiendraient cet été, ajoutant qu'il "n'y (avait) pas de plan B" alors que la pandémie continue de sévir dans le monde, y compris au Japon.

"Nous n'avons à cet instant aucune raison de croire que les Jeux olympiques à Tokyo ne s'ouvriront pas le 23 juillet dans le stade olympique à Tokyo", a dit M. Bach dans un entretien à l'agence japonaise Kyodo, à six mois des JO.

"C'est pourquoi il n'y a pas de plan B et c'est pourquoi nous sommes totalement engagés à faire de ces Jeux (des Jeux) sûrs et réussis", a-t-il martelé.

La même détermination était perceptible cette semaine au comité d'organisation de Tokyo-2020. "La tenue des Jeux est notre cap inflexible et, à ce stade, nous ne discutons de rien d'autre", a dit son directeur général Toshiro Muto dans un entretien à l'AFP, ajoutant que le scénario d'une annulation "n'(était) pas en discussions".

M. Muto n'a cependant pas exclu que les Jeux (23 juillet-8 août) puissent se tenir avec un nombre limité de spectateurs ou sans spectateurs du tout.

Face à des cas record de coronavirus, l'état d'urgence a été réinstauré ce mois-ci dans une grande partie du Japon, dont Tokyo et sa banlieue, comme au printemps 2020.

Inquiets que l'événement n'aggrave la situation, plus de 80% des Japonais sont désormais opposés aux JO cette année, préférant soit un nouveau report soit une annulation pure et simple, selon un récent sondage.

Les JO de Tokyo, qui devaient initialement se tenir à l'été 2020, ont été reportés d'un an du fait de la pandémie, une première en temps de paix.

AFP / Tokyo (AFP) / © 2021 AFP