Judo: la Fédération française n'envisage une reprise de ses compétitions qu'en octobre

La Fédération française de judo (FFJudo) n'envisage une reprise de ses compétitions qu'à partir d'octobre, indique-t-elle mardi dans le protocole sanitaire qu'elle propose pour la reprise progressive de ses activités d'ici à la fin de l'été.

CHARLY TRIBALLEAU - AFP/Archives

La Fédération française de judo (FFJudo) n'envisage une reprise de ses compétitions qu'à partir d'octobre, indique-t-elle mardi dans le protocole sanitaire qu'elle propose pour la reprise progressive de ses activités d'ici à la fin de l'été.

"L'objectif est de reprendre la compétition avec ou sans public en octobre avec des Championnats de France seniors prévus à Brest", écrit la FFJudo dans un communiqué.

Dans son protocole décliné en six phases, du 11 mai au 24 août, qui distingue pratique de haut niveau et grand public, et conditionné aux annonces gouvernementales sur le déconfinement progressif, la fédération propose la reprise des combats pour le haut niveau dès le 2 juin, dans des conditions strictes (groupe fixe de huit personnes maximum, testées et volontaires, avec accord écrit et restrictions dans la vie quotidienne, pas de transports en commun par exemple).

Ce protocole n'envisage qu'à partir de fin août "la pratique de l'activité libre en club", "avec respect du protocole sanitaire en vigueur" toutefois. Jusque-là, les judokas amateurs seront privés de combat dans un premier temps, puis limités à un adversaire, et en nombre réduit par séance.

Depuis le début du déconfinement, les judokas de haut niveau ne sont pas autorisés à combattre en corps à corps.

Le circuit mondial de judo est à l'arrêt depuis début mars et jusqu'à fin août au moins en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

AFP / Paris (AFP) / © 2020 AFP