JO-2020: les volleyeurs français tiennent leur première médaille et la veulent en or

Le volley français a dans la poche la médaille olympique qu'il espérait depuis toujours grâce à sa belle victoire sur l'Argentine 3 à 0 (25-22, 25-19, 25-22), en demi-finale jeudi à Tokyo, et la bande d'Earvin Ngapeth veut maintenant décrocher l'or contre la Russie.

Yuri Cortez - AFP

Le volley français a dans la poche la médaille olympique qu'il espérait depuis toujours grâce à sa belle victoire sur l'Argentine 3 à 0 (25-22, 25-19, 25-22), en demi-finale jeudi à Tokyo, et la bande d'Earvin Ngapeth veut maintenant décrocher l'or contre la Russie.

Ce sommet ne paraît pas inaccessible samedi (21h15 locales, 14h15 françaises) car les Bleus ont déjà battu les géants russes, qui évoluent sous drapeau neutre, la semaine dernière en poule. C'est grâce à cette victoire (3-1) qu'ils étaient d'ailleurs restés en vie dans le tournoi après un début calamiteux (deux défaites en trois matches).

C'était certes le seul faux-pas à Tokyo des coéquipiers de Maxim Mikhailov, impressionnants le reste du temps et notamment contre les Brésiliens, sacrés en 2016 (et finalistes des quatre dernières éditions), écartés sans ménagement jeudi en début d'après-midi (3-1). Mais le précédent comptera dans les têtes françaises.

Le volleyeur français Jean Patry contre l'Argentine en demi-finale des JO de Tokyo, le 5 août 2021

Le volleyeur français Jean Patry contre l'Argentine en demi-finale des JO de Tokyo, le 5 août 2021

Yuri Cortez - AFP

Ce podium assuré a un fameux goût de revanche pour les Bleus. Revanche sur les Argentins qui les avaient mis au bord du gouffre en les battant 3-2 en poule, revanche aussi sur le sort et la cruelle expérience de 2016 à Rio, où ils avaient été éliminés d'un groupe extrêmement relevé (comme cette année) par un concours de circonstances malgré deux victoires (comme à Tokyo).

- Les "frissons" de Brizard -

Le Français Antoine Brizard contre l'Argentine en demi-finale du tournoi de volley-ball aux JO de Tokyo, le 5 août 2021

Le Français Antoine Brizard contre l'Argentine en demi-finale du tournoi de volley-ball aux JO de Tokyo, le 5 août 2021

Yuri Cortez - AFP

Antoine Brizard, titulaire en demi-finale et excellent à la distribution et aussi au contre, en a "des frissons à chaque fois qu'(il) en parle". "Dire que je vais monter sur un podium olympique!", a lancé, incrédule, le passeur qui connaît par cœur les Russes, car il portait cette année le maillot de Saint-Pétersbourg.

"Super heureux" lui aussi, Ngapeth a avoué être "passé par toutes les émotions" depuis le début du tournoi. "Éliminés pas éliminés... On ne savait plus!". Contre les Albicelestes, la star a fait le boulot malgré une douleur au genou qui l'a empêché... d'être aussi démonstratif que d'habitude. "Je me faisais engueuler par Jenia (Grebennikov) parce que je ne disais rien, mais il fallait que je sois concentré sur ce que j'avais à faire". Et pour le genou, "ça ira", a assuré l'attaquant, qui jouait lui aussi en Russie ces dernières saison, à Kazan.

- Une classe au-dessus -

Affronter l'Argentine pour une place en finale olympique était une bonne affaire. Les Sud-Américains avaient multiplié les exploits (contre les États-Unis et l'Italie) mais probablement en se mettant en sur-régime. Euphoriques eux aussi depuis leur victoire sur la Pologne, double championne du monde en titre, en quarts, les Français ne l'ont pas laissé passer.

Le volleyeur français Nicolas Le Goff au service contre l'Argentine en demi-finale des JO de Tokyo, le 5 août 2021

Le volleyeur français Nicolas Le Goff au service contre l'Argentine en demi-finale des JO de Tokyo, le 5 août 2021

Antonin THUILLIER - AFP

Les joueurs de Laurent Tillie ont même donné l'impression que le match ne pouvait pas leur échapper. Plus forts dans tous les domaines, à l'attaque avec Jean Patry, Trévor Clévenot et Barthélemy Chinenyeze, en réception, en défense, au contre aussi, ils ont évolué une classe au-dessus pendant les trois sets.

Il a fallu une ou deux étourderies à la fin du troisième pour relancer un semblant de suspense, mais ce (petit) feu a été rapidement éteint.

Tout paraît possible en finale samedi. Pour peu que les armes lourdes russes s'enrayent un peu au service, les Bleus ont les moyens de les faire dérailler pour de bon avec leur volley original.

"On fait des choses qu'on n'a pas l'habitude de voir au volley. On se surprend nous mêmes parfois. C'est l'essence de notre équipe", a dit le "pointu" français Jean Patry, lui qui peut aussi rivaliser en puissance et en taille avec les Russes.

AFP / Tokyo (AFP) / © 2021 AFP