JO-2020/Hand: défaite sans conséquence des Bleus, déjà tournés vers les quarts

Leur première place de groupe assurée, les handballeurs français ont terminé dimanche à Tokyo le premier tour du tournoi olympique par une défaite sans conséquence contre la Norvège (32-29) mais avec de potentiels blessés.

Franck FIFE - AFP

Leur première place de groupe assurée, les handballeurs français ont terminé dimanche à Tokyo le premier tour du tournoi olympique par une défaite sans conséquence contre la Norvège (32-29) mais avec de potentiels blessés.

Les coéquipiers de Nikola Karabatic avaient déjà le regard tourné vers le quart de finale inédit qui se tiendra mardi contre Bahreïn, quatrième de l'autre poule.

"La défaite ne compromettait pas la première place du groupe, donc c'est anecdotique", a évacué Luka Karabatic.

Moins accessoires, les sorties sur blessures de deux joueurs ont terni ce premier tour jusque-là idéal.

L'arrière Timothey N'Guessan touché musculairement en début de match n'est pas revenu sur le terrain après avoir déjà connu une saison perturbée par les pépins physiques. Comme l'ailier Hugo Descat, à 100% aux jets de 7 m lors des cinq premiers matches, qui "a ressenti quelque chose en pleine course", selon le sélectionneur Guillaume Gille.

Le gardien français Vincent Gérard lors du match de groupes contre l'Espagne, aux JO de Tokyo, le 30 juillet août 2021

Le gardien français Vincent Gérard lors du match de groupes contre l'Espagne, aux JO de Tokyo, le 30 juillet août 2021

Martin BERNETTI - AFP/Archives

"On est dans l'attente des prochains examens", indique-t-il. Il s'agira d'échographies effectuées "dans les prochaines heures", d'après un communiqué de la Fédération française de handball.

"On espère que les résultats seront rassurants mais aujourd'hui il y a clairement un point d'interrogation pour la suite de la compétition", livre Guillaume Gille à propos de N'Guessan, un de ses hommes de base, et Descat, son remplaçant privilégié depuis le début du tournoi.

Le pivot Ludovic Fabregas a aussi ressenti une petite alerte en fin de match qui n'a pas suscité de crainte dans l'encadrement.

En vue du tableau final, les Français ont travaillé face à la Norvège le jeu à sept sans gardien en phase offensive, leurs automatismes, et intégré les habituels remplaçants...

- Gérard en confiance -

Parfois trop passifs en défense dans le premier acte, les Bleus se sont retrouvés distancés de quatre buts après 22 minutes (13-9) mais ont pu recoller grâce à la bonne forme de Nedim Remili et de Ludovic Fabregas.

Le gardien français Vincent Gérard lors du match de groupes contre l'Espagne, aux JO de Tokyo, le 30 juillet août 2021

Le gardien français Vincent Gérard lors du match de groupes contre l'Espagne, aux JO de Tokyo, le 30 juillet août 2021

Martin BERNETTI - AFP/Archives

Le gardien, Vincent Gérard, a quant à lui écœuré les attaquants des champions du monde 2020 avec 10 arrêts sur 25 tentatives lors des 30 premières minutes, dont un 4/4 en sa faveur sur pénalty.

Manquant de réussite en fin de rencontre, les hommes de Guillaume Gille ont laissé un avantage définitif de trois buts aux Scandinaves, de retour aux Jeux pour la première fois depuis 1972 et qui connaîtront leur adversaire en quart de finale dimanche soir.

Dans le même temps, Melvyn Richardson a retrouvé du temps de jeu, lui qui n'avait plus disputé la moindre minute depuis le match d'ouverture.

La rencontre prévue mardi contre Bahreïn paraît plus qu'abordable pour les Français, dominateurs lors du premier tour, alors que leur adversaire n'a remporté qu'un seul de ses cinq matches de poule.

"Ils perdent à la dernière seconde contre la Suède qui nous avait mis une trempe (32-26, ndlr) en demi-finale du dernier Mondial", met toutefois en garde Nikola Karabatic appelant à "ne pas sous-estimer" cette équipe qui dispute ses premiers Jeux olympiques.

"Faire une première phase de ce niveau ne nous garantit rien du tout, maintenant une autre compétition commence"

AFP / Tokyo (AFP) / © 2021 AFP