JO-2020/Cyclisme sur piste: objectif déjà atteint pour les poursuiteuses françaises

L'équipe de France de cyclisme sur piste a entamé lundi ses Jeux olympiques avec un grand sourire: dès les qualifications, les poursuiteuses ont pulvérisé le record de France et atteint leur objectif chronométrique.

Peter PARKS - AFP

L'équipe de France de cyclisme sur piste a entamé lundi ses Jeux olympiques avec un grand sourire: dès les qualifications, les poursuiteuses ont pulvérisé le record de France et atteint leur objectif chronométrique.

Sur une piste apparemment très rapide - où deux records du monde sont tombés avant que la Chine ne décroche l'or en vitesse féminine par équipes - Marion Borras, Valentine Fortin, Victoire Berteau et Marie Le Net ont abaissé le record national de presque cinq secondes, en 4 min 12 sec 502/100.

L'ancienne marque était de 4 min 17 s 372, établie en novembre 2019 lors d'une manche de Coupe du monde à Minsk (Bélarus).

Les entraîneurs avaient fixé aux poursuiteuses un objectif chronométrique de 4 min 13 ou 14 sec pour les Jeux, disputés dans le superbe vélodrome d'Izu, à 145 km de Tokyo, devant des gradins partiellement remplis, les normes sanitaires y étant différentes de celles de la capitale.

"L'objectif est atteint, a jubilé Berteau, 4'12"5 c'est énorme, on était ici pour faire un gros chrono et dès le premier jour on le sort".

Reste à savoir si les Françaises ont une marge de progression pour la fin du tournoi mardi: "C'est toujours délicat à dire, mais on est très fières de ce qu'on a fait maintenant, et demain c'est que du bonus", a lâché Berteau.

Steven Henry, l'entraîneur du groupe endurance, n'avait mis aucune pression sur les poursuiteuses, ne leur fixant notamment aucun objectif de place ou de médaille: "Nous avons un collectif très jeune, une moyenne d'âge inférieure à 22 ans", avait-il dit, "la qualification pour les Jeux était déjà une belle étape de franchie et c'est un collectif qui viendra pour apprendre avec un objectif plus chronométrique, autour de 4 min 13, 4 min 14 secondes".

- Le premier titre à la Chine -

Marion Borras, Victoire Berteau, Marie Le Net et Valentine Fortin lors des qualifications de la poursuite par équipes aux JO  de Tokyo, le 2 août 2021

Marion Borras, Victoire Berteau, Marie Le Net et Valentine Fortin lors des qualifications de la poursuite par équipes aux JO de Tokyo, le 2 août 2021

Odd ANDERSEN - AFP

Le contrat déjà rempli, les tricolores vont pouvoir se livrer l'esprit libre mardi dans le tableau pour les places de 5e à 8e, où elles seront d'abord opposées au Canada.

Les favorites pour l'or seront les Allemandes, qui ont abaissé le record du monde de près de trois secondes en qualifications, en 4 min 07 sec 307/100. L'ancien record, sur la distance de 4 km, était détenu par la Grande-Bretagne depuis les Jeux olympiques de Rio, en 4 min 10 sec 236/100.

Deux autres équipes sont également passées en dessous de l'ancien record du monde: les Britanniques (4 min 09 sec 022/100) et les Américaines (4 min 10 sec 118/100).

La seule médaille de la première journée de la piste était celle du sprint féminin par équipes. La paire chinoise Bao Shanju/Zhong Tianshi a décroché l'or en battant en finale les Allemandes Lea Friedrich/Emma Hinze.

Les Chinoises avaient battu le record du monde en qualifications (31 sec 804/100 pour les 500 m) mais n'ont pas amélioré leur temps en finale (31 sec 895/100).

L'équipe de Russie (sous pavillon neutre) a battu les Pays-Bas pour le bronze.

Par Christophe BEAUDUFE / Izu (Japon) (AFP) / © 2021 AFP