Hand: Montpellier s'incline à Veszprem et abandonne la 2e place de son groupe de C1

Les handballeurs de Montpellier se sont inclinés sur le terrain des Hongrois de Veszprem, vice-champions d'Europe l'an passé, et vainqueurs dimanche 24 à 23 lors de l'avant-dernière journée de la phase de poule de la Ligue des champions.

SYLVAIN THOMAS - AFP/Archives

Les handballeurs de Montpellier se sont inclinés sur le terrain des Hongrois de Veszprem, vice-champions d'Europe l'an passé, et vainqueurs dimanche 24 à 23 lors de l'avant-dernière journée de la phase de poule de la Ligue des champions.

Avec cette défaite, les joueurs de Patrice Canayer abandonnent tout espoir de finir à la deuxième place de leur groupe, assurée à Veszprem, et qui permet de recevoir le match retour du huitième et le match retour de l'éventuel quart de finale.

Déjà qualifiés pour les 8es, ils reculent à la 4e place avant d'affronter la semaine prochaine le Vardar Skopje (samedi, 17h30), pour tenter d'aller chercher la 3e place du groupe.

Sur une dynamique négative en championnat de France avec quatre défaites consécutives (une en décembre et trois en février après la trêve internationale), les Héraultais ont montré une nouvelle fois un visage différent en Ligue des champions.

Même quand Veszprem, place forte du handball européen masculin, s'est échappé au score (8-5 à la 11e minute, 15-12 à la 24e, 23-20 à la 53e), les coéquipiers de Valentin Porte ont toujours trouvé les ressources pour ne pas laisser les Hongrois s'échapper au score.

Dans les 20 dernières minutes, alors qu'ils avaient plusieurs balles pour recoller, les Héraultais ont buté sur le portier espagnol Arpad Sterbik, l'un des tout meilleurs au monde à son poste, et logiquement élu joueur de la rencontre (14 arrêts sur 27 tirs).

Le gardien croate du MHB, Marin Sego, a lui aussi maintenu son équipe dans la rencontre, grâce à une nouvelle belle performance (14 arrêts), toutefois insuffisante.

Les remontées de balles rapides ont été mal négociées en milieu de seconde période et en attaque, les Montpelliérains ont manqué de solutions pour faire trembler le mur rouge hongrois en face d'eux. Les dix minutes sans marquer de but au coeur de la seconde période leur auront été fatales.

Par Thomas BACH / Paris (AFP) / © 2020 AFP