F1: pour Hamilton, un 8e titre ne sera pas le "facteur décisif" pour continuer

Lewis Hamilton, qui a signé un nouveau contrat avec Mercedes pour 2021, vise un 8e titre mondial record qui serait "un rêve ultime" mais pas le "facteur décisif" pour savoir s'il continuera en 2022 ou non, a-t-il expliqué en conférence de presse mardi.

Clive Mason - POOL/AFP/Archives

Lewis Hamilton, qui a signé un nouveau contrat avec Mercedes pour 2021, vise un 8e titre mondial record qui serait "un rêve ultime" mais pas le "facteur décisif" pour savoir s'il continuera en 2022 ou non, a-t-il expliqué en conférence de presse mardi.

Q: Vous pouvez atteindre le record de huit titres de champion du monde devant Michael Schumacher. Ne pas y parvenir en 2021 pourrait vous pousser à continuer ?

R: "Je ne veux pas que ce soit le facteur décisif. Je me suis lancé dans la course automobile parce que j'aime la course et je pense que cela doit toujours être au cœur de ce que je fais. Si tout ce que tu veux, ce sont les récompenses, si tout ce que tu veux, ce sont les titres, j'ai l'impression que tu peux te perdre. Bien sûr, c'est le rêve ultime, mais je ne pense pas que ce soit nécessairement le facteur décisif pour m'arrêter ou continuer. Mais plutôt : quand je mets ce casque, est-ce que j'ai encore ce sourire en sortant du garage ? En définitif : est-ce que ça me plaît ?"

Q: Pourquoi n'avoir signé qu'une seule année de contrat ? Est-ce le signe d'un engagement moindre ?

R: "Je suis pleinement investi dans cette saison et j'aime toujours ce que je fais. Je suis juste dans une position privilégiée qui ne m'oblige pas à m'engager pour plusieurs années. Je peux voir comment l'année se déroule et où nous en sommes au milieu de l'année, ou vers la fin de l'année, qui sait où nous en serons, toujours avec la pandémie... Mais je suis toujours très, très engagé dans ce sport".

Q: En dehors de la compétition, comment allez-vous continuer votre combat contre les discriminations, notamment à travers la fondation que vous voulez créer avec Mercedes ?

R: "C'est ce sur quoi je me concentre vraiment cette année. (Pour la fondation), l'objectif est d'avoir quelque chose à présenter en juin ou juillet et de s'assurer que ce n'est pas juste une nouvelle commission parmi d'autres, et donc de formuler des recommandations, de comprendre quels sont les obstacles. Je suis très fier de Mercedes, qui est ouvert au changement. Mettre en place une fondation et investir de l'argent, pousser à un réel changement systématique au sein de notre propre organisation, c'est fantastique. Et si nous faisons vraiment ce que nous prévoyons de faire, nous allons créer des voies d'accès pour les jeunes minorités afin qu'elles puissent accéder aux disciplines "STEM" (science, technologie, ingénierie et mathématiques, NDLR) et j'espère vraiment qu'à l'avenir, nous verrons que la diversité sera plus grande parce que tout le monde y trouvera son compte".

AFP / Paris (AFP) / © 2021 AFP