F1: à Imola, Mercedes dompte d'entrée les essais, devant Gasly

Et à la fin, c'est Mercedes qui gagne ? Si Red Bull était attendu, c'est bien Valtteri Bottas et Lewis Hamilton qui ont dominé les deux premières séances d'essais libres du GP d'Emilie-Romagne, vendredi à Imola, devant Pierre Gasly.

Miguel MEDINA - AFP

Et à la fin, c'est Mercedes qui gagne ? Si Red Bull était attendu, c'est bien Valtteri Bottas et Lewis Hamilton qui ont dominé les deux premières séances d'essais libres du GP d'Emilie-Romagne, vendredi à Imola, devant Pierre Gasly.

Dans le rythme le matin avec le 3e temps, Max Verstappen a dû abandonner la deuxième séance après seulement cinq tours. La faute à un problème technique sur sa Red Bull, le Néerlandais a regardé impuissant les Mercedes se placer tranquillement en haut de la feuille des temps.

Sous un soleil printanier qui ne préfigure en rien les conditions de course de dimanche, avec de la pluie attendue à 15h00 sur le circuit d'Imola, l'écurie qui a obtenu ici-même son 7e titre constructeur consécutif en novembre 2020 a dominé. Un pléonasme que beaucoup espéraient pouvoir laisser de côté en 2021.

Car lors des essais d'avant-saison, des essais libres puis des qualifications du premier Grand Prix à Bahreïn, c'est Red Bull qui avait le plus impressionné, exploitant au mieux les nouveautés réglementaires.

- Les Italiens au rendez-vous -

Nous "manquons encore de rythme" face à Red Bull, "qui semble avoir l'avantage", martelait encore cette semaine Toto Wolff, patron de l'écurie Mercedes.

Le Britannique Lewis Hamilton lors d'une séance d'entraînement sur le circuit d'Imola, en Italie, le 16 avril 2021

Le Britannique Lewis Hamilton lors d'une séance d'entraînement sur le circuit d'Imola, en Italie, le 16 avril 2021

Miguel MEDINA - AFP

Mais voilà, sur la ligne d'arrivée, le 28 mars à Bahreïn, c'est Hamilton qui a levé les bras pour la 96e fois. Et vendredi à Imola, c'est Bottas, double vice-champion du monde en titre, et le Britannique septuple champion du monde qui ont pris les devants.

Bien sûr, sans ce problème sur l'arbre de transmission de sa monoplace, Verstappen aurait pu se mêler à la lutte et cet incident n'est peut-être qu'anecdotique pour Red Bull et son motoriste Honda.

La journée de samedi, avec la troisième séance d'essais libres de 11h00 à 12h00 et surtout les qualifications de 14h00 à 15h00, particulièrement importantes à Imola où les dépassements sont compliqués, apportera plus de réponses.

En attendant, les locaux de l'étape, AlphaTauri et Ferrari, se sont montré. La première, basée à 15 km de là, a pris le 3e temps grâce à Pierre Gasly, juste devant les Ferrari de Carlos Sainz et Charles Leclerc.

En 2020 ici-même, Gasly avait réalisé son meilleur résultat en qualification avec une 4e place (égalant un même résultat avec Red Bull en 2019 en Allemagne).

Son coéquipier japonais Yuki Tsunoda, qui a marqué les esprits et ses premiers points pour son premier GP en F1 (9e place), a obtenu le 7e temps.

Ferrari, 6e constructeur l'an passé, a encore repris des couleurs et compte bien redevenir l'une des trois grandes puissances. La Scuderia a en tout cas envoyé un signal fort à McLaren, 3e l'an passé mais pas dans le rythme pour ce début de week-end.

"Si nous nous comparons à nos concurrents, je pense que nous avons fait de bons progrès", apprécie le Team Principal Mattia Binotto, soulignant que "ce n'était pas facile dans une situation où la plupart des développements sur la voiture étaient gelés".

Seule note négative, Leclerc est sorti de piste, finissant dans un mur à faible vitesse en fin de 2e session.

Deux autres drapeaux rouges avaient interrompu la session matinale avec une petite collision entre Sergio Pérez (Red Bull) et Esteban Ocon (Alpine) et un tête-à-queue de Nikita Mazepin, rappelant que ce tracé à l'ancienne et le gravier au-delà des limites ne pardonnent pas.

AFP / Imola (Italie) (AFP) / © 2021 AFP