De "délinquants" à stars: les skaters japonais comptent sur les JO pour changer les regards

Les skaters sont souvent caricaturés comme des rebelles et des "délinquants" au Japon, mais ils espèrent que les Jeux olympiques changeront le regard sur eux.

Behrouz MEHRI - AFP

Les skaters sont souvent caricaturés comme des rebelles et des "délinquants" au Japon, mais ils espèrent que les Jeux olympiques changeront le regard sur eux.

"On entend des histoires dans la presse de personnes en colère contre le skate dans la rue", raconte à l'AFP Akira Tanaka, 20 ans, lors du "test event" de la compétition olympique, qui s'est déroulé jeudi et vendredi.

"Si les skateurs qui vont se montrer lors des Jeux peuvent changer cette image, ce serait vraiment bien", espère-t-il.

Les skate parks et les rampes sont difficilement accessibles au Japon car rares et éloignées, ce qui entraîne des tensions entre piétons et pratiquants dans les rues bondées des villes.

Mais la réputation de skaters mal élevés ne colle pas à la réalité, affirme le skater Sota Tsuji, 16 ans, après la compétition.

De jeunes skaters japonais participent à l'épreuve test de leur sport organisée à Tokyo dans l'optique des Jeux japonais, le 14 mai 2021

De jeunes skaters japonais participent à l'épreuve test de leur sport organisée à Tokyo dans l'optique des Jeux japonais, le 14 mai 2021

Behrouz MEHRI - AFP

"Le skate est souvent associé à des délinquants, mais ce n'est pas du tout ça et j'espère que les Jeux vont le montrer. C'est un sport cool et ça me rendrait heureux de voir des gens le considérer ainsi", dit-il.

Des stars comme l'Américain Nyjah Huston, 26 ans, ou la Britannique de 12 ans Sky Brown, née au Japon, pourraient devenir des noms familiers.

Sky Brown va disputer la compétition après sa convalescence à la suite d'une terrible chute, qui lui a valu une fracture du crâne.

"Je la suis sur Instagram et d'autres réseaux sociaux, elle est une skateuse incroyable", s'enthousiasme Azumi Fujieda, 14 ans.

"Si de nombreuses personnes commencent à la regarder, je pense que cela va me motiver et me faire croire en mes capacités."

L'événement a aussi permis aux athlètes de prendre en compte un nouveau paramètre, la chaleur, avec des installations totalement exposées au soleil de la capitale japonaise.

"Il fait chaud, car cela se reflète sur la surface", a soufflé Akira Tanaka tandis que le thermomètre affichait 28 degrés, une température inférieure au pic attendu lors des Jeux.

Mais Sota Tsuji, qui vise les Jeux de Paris-2024, a apprécié le site construit spécialement pour l'évènement.

Le skater japonais Akira Tanaka of Japan en lice dans l'épreuve test organisée dans la capitale japonaise en vue des JO de Tokyo, le 14 mai 2021

Le skater japonais Akira Tanaka of Japan en lice dans l'épreuve test organisée dans la capitale japonaise en vue des JO de Tokyo, le 14 mai 2021

Behrouz MEHRI - AFP

"Il est idéal pour réaliser de belles figures et je pense qu'ils pourront organiser d'autres grandes compétitions. Je veux faire du skate ici à nouveau", a-t-il assuré.

Le skate est l'un des quatre nouveaux sports de cette édition olympique, avec le surf, l'escalade et le karaté. Ces inclusions ont notamment été décidées pour intéresser une audience plus jeune.

Le "test event" s'est tenu à huis clos, et les organisateurs doivent décider le mois prochain du nombre de résidents japonais qui pourront assister aux Jeux, s'il y a du public. Les spectateurs étrangers ne sont pas autorisés.

Par Andrew MCKIRDY / Tokyo (AFP) / © 2021 AFP