Dans la France confinée, une pratique sportive chamboulée mais bien réelle

Fini le foot, la salle de gym, le vélo, la piscine... Pourtant, la pratique sportive se maintient en confinement: les commerces encore ouverts en ligne peinent à suivre les commandes d'article de sport et l'audience des cours en vidéo explose.

BERTRAND GUAY - AFP/Archives

Fini le foot, la salle de gym, le vélo, la piscine... Pourtant, la pratique sportive se maintient en confinement: les commerces encore ouverts en ligne peinent à suivre les commandes d'article de sport et l'audience des cours en vidéo explose.

Selon un sondage Odoxa réalisé la semaine dernière, 38% des personnes interrogées ont déclaré pratiquer une activité sportive, contre 41% un mois plus tôt. "Mais les modalités sont très différentes", commente Magali Tezenas du Montcel, déléguée générale de Sporsora, qui regroupe plus de 150 acteurs de l'économie du sport.

Contrairement à une impression fréquemment raillée sur les réseaux sociaux, le nombre de joggeurs n'a pas explosé. Selon le sondage, 13% des personnes interrogées ont déclaré avoir fait au moins un footing dans la semaine, contre 12% un mois plus tôt.

Sport Heroes, qui propose des applications encourageant la pratique sportive, a constaté un nombre de sorties running stable pendant la première semaine de confinement, puis une légère baisse. Parallèlement, les distances parcourues sont passées d'une moyenne de 9,3 km avant à 7,2 km pendant le confinement.

C'est bien à l'intérieur que l'on bouge désormais. Que ce soit pour maintenir son niveau de forme, éviter les kilos en trop, occuper les enfants, se défouler, lutter contre le stress et les angoisses... l'activité sportive s'est invitée dans le quotidien du confinement.

Depuis la fermeture de ses magasins mi-mars, le groupe Decathlon a ainsi vu ses commandes d'articles de sport doubler, avec plus de 10.000 commandes par semaine.

"Les produits les plus plébiscités actuellement sont en lien avec le fitness (cordes à sauter, élastiques, haltères, tapis de sol...) mais également les vélos d'appartement, les tapis de course, ainsi que les tables de ping-pong et les vélos pour les enfants", explique une porte-parole.

- "Offre nouvelle" -

Les articles de sport sont aussi très regardés sur Amazon, même si le géant de la vente en ligne, contacté par l'AFP, ne donne aucun chiffre.

En revanche, d'autres groupes ont cessé toute activité. "Les articles de sport ne sont pas des produits de première nécessité", explique ainsi un porte-parole d'Intersport, en évoquant aussi des raisons de sécurité pour le personnel et d'organisation, dans la mesure où les livraisons du groupe se font à partir des magasins et non d'entrepôts.

A la place, Intersport propose sur son site internet des vidéos, des fiches d'exercices, des recettes, des témoignages pour aider chacun à faire du sport et garder la forme. Decathlon fait de même: sur son application de coaching sportif, les nouveaux utilisateurs ont été multipliés par quatre et le nombre de séances visionnées a triplé pendant la première semaine de confinement.

Sport Heroes a aussi adapté son offre avec une foison de défis à relever chez soi. Et ses 1,2 million d'abonnés ont joué le jeu, avec une envolée des activités yoga (+327%), vélo d'intérieur (+341%) et renforcement musculaire (+147%).

Des start-ups aux grands groupes, en passant par les fédérations sportives comme celle du cyclisme qui offre à ses licenciés un accès à la plateforme Kinomap -- permettant par exemple de faire une étape du Tour de France en vélo d'appartement --, "il y a un élan de créativité et d'imagination pour que les Français continuent de se maintenir en bonne forme", note Mme Tezenas du Montcel.

"Toute cette offre nouvelle vient compenser l'offre classique" pour les usagers, qui pour certains découvrent ainsi l'intérêt de la pratique sportive, se réjouit-elle.

Un vendeur renseigne un client, le 07 avril 2004 à Villeneuve-d'Ascq, dans un magasin du producteur et distributeur d'articles de sport français Décathlon.

Un vendeur renseigne un client, le 07 avril 2004 à Villeneuve-d'Ascq, dans un magasin du producteur et distributeur d'articles de sport français Décathlon.

PHILIPPE HUGUEN - AFP/Archives

Mais cette offre nouvelle est essentiellement gratuite et le confinement reste une catastrophe pour toute la filière du sport, dont l'activité est désormais quasiment à l'arrêt. Ainsi à Decathlon, seuls 400 des 23.000 salariés du groupe sont encore à pied d'oeuvre pour traiter les commandes en ligne.

 

Par Fanny CARRIER / Rennes (AFP) / © 2020 AFP