Cyclisme: Alaphilippe fait l'impasse sur les JO de Tokyo

Pas de JO de Tokyo pour Julian Alaphilippe ! le champion du monde en titre a annoncé vendredi son choix de faire l'impasse, "pour raisons personnelles", sur la course sur route olympique.

ERIC LALMAND - BELGA/AFP/Archives

Pas de JO de Tokyo pour Julian Alaphilippe ! le champion du monde en titre a annoncé vendredi son choix de faire l'impasse, "pour raisons personnelles", sur la course sur route olympique.

"C’est une décision personnelle et mûrement réfléchie", a souligné le Français, qui laisse l'équipe nationale orpheline pour le rendez-vous programmé le 24 juillet, six jours seulement après l'arrivée à Paris du Tour de France fin juillet.

Alaphilippe, qui doit être père pour la première fois en juin, a ajouté avoir défini "des objectifs de fin de saison" et devoir faire des choix. En premier lieu, la défense de son titre mondial fin septembre en Belgique, bien qu'il ne l'ait pas mentionné explicitement.

Régulièrement appelé sous le maillot bleu ces dernières années, +Alaf+ a d'ailleurs assuré qu'il sera "très fier de porter le maillot de l’équipe de France pour les prochains championnats du monde".

Nul doute que la phrase rassurera, au moins sur ce plan, le sélectionneur national Thomas Voeckler, qui se retrouve privé de son meilleur atout pour les JO. Même si la France peut espérer aligner une équipe compétitive au Japon, avec notamment David Gaudu et Romain Bardet.

Mais la course olympique, gagnée en 2016 par le Belge Greg Van Avermaet, reste très aléatoire. Surtout en raison de la chaleur très humide annoncée et du décalage horaire à surmonter, pour les coureurs sortant du Tour de France, bien plus que par le parcours, sélectif et typé puncheur/grimpeur près du Mont Fuji, et le nombre de coureurs limité à cinq pour les plus fortes nations.

- Première défection d'un favori -

La décision de renoncer aux JO a été prise "en accord avec le sélectionneur de l’équipe de France et mon équipe Deceuninck", a détaillé Alaphilippe, qui peut ainsi se consacrer pleinement au Tour de France (26 juin au 18 juillet), l'épreuve-phare de la saison cycliste.

Le champion du monde Julian Alaphilippe sur les routes de la classique flandrienne du Omloop Het Nieuwsblad, le 27 février 2021 à Ninove

Le champion du monde Julian Alaphilippe sur les routes de la classique flandrienne du Omloop Het Nieuwsblad, le 27 février 2021 à Ninove

DIRK WAEM - Belga/AFP

C'est sur les routes du Tour que le champion du monde, vainqueur pour la troisième fois en avril de la Flèche Wallonne, a bâti l'essentiel de sa popularité: cinq succès d'étape depuis 2018 et dix-sept jours à porter le maillot jaune.

Sa défection, la première d'un favori pour la course en ligne des JO, coïncide avec l'extension de l'état d'urgence au Japon, confronté à une recrudescence de la pandémie de coronavirus.

Une pétition réclamant l'annulation des JO, qui a récolté plus de 350.000 signatures, a été remise vendredi aux autorités locales de Tokyo. Elle devrait être soumise au gouvernement japonais.

Pour Alaphilippe, 29 ans le mois prochain, le rêve olympique se situera donc à l'horizon 2024, en région parisienne. Avec le risque de remâcher longtemps sa chute dans la descente de Vista Chinesa qui lui avait coûté une médaille, voire le titre, aux JO de Rio en 2016.

"Je n'ai pas de regrets, même si c'est une vraie déception", avait alors dit Alaphilippe.

Cinq mois plus tard, il revenait sur l'expérience: "Je retiens avant tout d'avoir eu le privilège de vivre de l'intérieur la magie des JO. Avant de repartir, on a pu assister à deux matchs de handball et à la finale du 4x100 m en natation. J'ai aussi fait des belles rencontres, comme celle de Tony Parker. Tout ça restera donc comme un fabuleux souvenir."

Par Jean MONTOIS / Paris (AFP) / © 2021 AFP