Coureurs de l'extrême: le moment ou jamais pour claquer des records

Courir le légendaire GR20 en Corse en 30 heures, filer de Chamonix à Briançon en 32 heures ou encore relier le Cervin au mont Blanc dans une course folle de 50 heures: les ultra-trailers rivalisent de défis les plus fous pour pallier l'annulation des compétitions.

JEAN-PIERRE CLATOT - AFP/Archives

Courir le légendaire GR20 en Corse en 30 heures, filer de Chamonix à Briançon en 32 heures ou encore relier le Cervin au mont Blanc dans une course folle de 50 heures: les ultra-trailers rivalisent de défis les plus fous pour pallier l'annulation des compétitions.

Dans quelques jours, Xavier Thévenard, l'un des plus grands champions d'ultra-trail (course d'endurance extrême) partira en quête du record du GR20, soit 180 km (et 14.000 m de dénivelé) qu'il entend réaliser en 30 heures. Un exploit au vu des 16 jours qu'il faut au randonneur lambda.

Le projet, qu'il avait dans un coin de la tête, a mûri durant le confinement imposé en raison de la pandémie de Covid-19. Et l'annulation des compétitions a lancé l'aventure.

"Je n'ai pas envie d'une vie fade à rester dans le 'canap' et attendre que les choses se passent. Chaque jour compte, j'ai envie de me sentir vivant et c'est pour ça que des projets comme ça me tiennent à coeur, ça me fait vibrer, ça donne du sens à ma vie", explique Thévenard à l'AFP.

- 'Quelque chose à se mettre sous la dent' -

Xavier Thévenard lors de l'Ultra Trail du Mont-Blanc, le 31 août 2019

Xavier Thévenard lors de l'Ultra Trail du Mont-Blanc, le 31 août 2019

JEFF PACHOUD - AFP/Archives

Privé des plus grands rendez-vous, notamment de l'Ultra Trail du Mont Blanc (UTMB) qui aurait dû se courir fin août et qu'il a remporté trois fois, le Jurassien profite de ce moment de pause forcé dans le calendrier compétitif pour glisser un record.

"Sportivement, ça peut permettre d'avoir quelque chose à se mettre sous la dent", souligne son coach Thomas Michaud. "C'est très peu souvent possible ce genre d'événement parce qu'il y a habituellement beaucoup de courses et ce sont des athlètes rémunérés par des marques qui veulent que leurs athlètes soient présents sur des courses".

"C'est vraiment l'occasion parce que tout est annulé, c'est la seule possibilité pour les partenaires d'avoir une visibilité mais ce sera peut-être l'unique projet de sa vie dans ce sens-là", poursuit l'entraîneur.

Lundi matin, le soleil encore couché, Thévenard s'élancera pour traverser la Corse en moins de 31h06, soit le record établi en juin 2016 par un autre grand champion, François D'Haene.

Quarante-huit heures plus tôt, Martin Kern partira de Chamonix (Haute-Savoie) pour rallier Briançon (Hautes-Alpes) avec deux comparses, Grégoire Curmer et Baptiste Robin, pour chasser le temps record signé en 2011 en 37h51 ... par François D'Haene (avec également deux équipiers) !

- Faire sens -

Martin Kern (g) aux côtés de Xavier Thevenard lors de l'Ultra Trail du Mont-Blanc, à Chamonix, le 30 août 2019

Martin Kern (g) aux côtés de Xavier Thevenard lors de l'Ultra Trail du Mont-Blanc, à Chamonix, le 30 août 2019

Jean-Pierre Clatot - AFP/Archives

Accro aux courses 'nature' extrêmes, Martin Kern raconte avoir mis en place durant le confinement ce défi - 202 km et 12.500 m de dénivelé cumulé qu'il prévoit de faire en 32 heures.

"C'est dans mes petits papiers depuis que je me suis mis au trail. Avec l'annulation des courses, c'était le bon moment. Le confinement m'a permis de conforter mes idées de changer notre mode de vie. On a tous réfléchi à une façon différente de vivre pour ne pas revivre ça. C'est penser à des projets à côté de la maison, moins s'embêter avec des trajets à l'autre bout du monde", relève celui qui vit dans les Ecrins.

Également en mal d'adrénaline avec l'annulation de l'UTMB et de la Hard Rock 100 miles (course ultra en juillet dans le Colorado), D'Haene s'offre un défi sous forme de "Grande traversée solidaire", une course relais de près de 1.000 km de l'Alsace à la Côte d'Azur, dont le départ doit être donné dimanche.

Quelques jours plus tard, un duo de trailers, Germain Grangier et Katie Schide, jouera avec la montagne en tentant un parcours inédit, qui allie course et alpinisme.

"On a vite fait une croix sur l'UTMB, tous nos objectifs ont été annulés. On s'est un peu interrogé, vis-à-vis de nos partenaires. On a compris qu'ils étaient aussi en souffrance avec la situation actuelle. On est aussi friand de défis, là ça faisait encore plus sens d'en faire un. On s'est dit pourquoi ne pas relier le mont Blanc et le Cervin. Relier Zermatt (Suisse) à Chamonix se fait mais ajouter les deux sommets ça ne s'est jamais fait", relève Germain Grangier.

Les deux coureurs, qui avaient chacun fini dans le Top 10 de l'UTMB en 2019, projettent de mettre entre 50 et 60 heures pour leur traversée atypique de 160 km et 15.000 m de dénivelé, avec des passages en cordée.

Par Sabine COLPART / Paris (AFP) / © 2020 AFP