C1: le Bayern désormais sans filet dans sa quête de doublé

Un peu fragilisé récemment, le Bayern Munich entre tout de même en piste en huitième de finale de Ligue des champions contre la Lazio Rome (21h00) avec l'ambition affichée de conserver son titre. Un exploit accompli seulement par le Real Madrid dans l'ère moderne.

Daniel ROLAND - AFP

Un peu fragilisé récemment, le Bayern Munich entre tout de même en piste en huitième de finale de Ligue des champions contre la Lazio Rome (21h00) avec l'ambition affichée de conserver son titre. Un exploit accompli seulement par le Real Madrid dans l'ère moderne.

L'autre match de la soirée, Atlético Madrid-Chelsea, se dispute à Bucarest, en Roumanie, en raison des restrictions sanitaires en Espagne qui empêchent la venue d'un club britannique.

Budapest, en Hongrie, s'est également imposée comme base de repli aux clubs allemands de Leipzig et de Mönchengladbach pour recevoir respectivement Liverpool (0-2 la semaine dernière) et Manchester City (mercredi 21h00).

Le Bayern, invaincu depuis 17 rencontres dans la compétition reine (16 victoires, un nul), arrive à Rome dans la peau du favori. Mais le "Rekordmeister" de Robert Lewandowski est actuellement diminué par les blessures (Tolisso, Gnabry, Douglas-Costa), le Covid-19 (Pavard, Müller), et la fatigue d'un effectif sur-sollicité depuis des mois.

"Neuf stars absentes: le Bayern clopine vers Rome", titre mardi le quotidien allemand Bild.

"Le Bayern a perdu sa volonté. L'équipe n'est pas actuellement en état de jouer 90 minutes de football intensif", estime même le consultant vedette Dietmar Hamann, vainqueur de la compétition avec Liverpool en 2005.

L'ailier français du Bayern Munich Kingsley Coman, le 20 janvier 2021 à Augsburg (Allemagne)

L'ailier français du Bayern Munich Kingsley Coman, le 20 janvier 2021 à Augsburg (Allemagne)

Andreas GEBERT - POOL/AFP

"On a laissé beaucoup de jus dans les voyages dernièrement", a reconnu lundi Kingsley Coman, dans une allusion notamment au Mondial des clubs mi-février, gagné par le Bayern mais qui a obligé l'équipe à un long et difficile déplacement au Qatar.

- Sur les traces de Zidane -

"Il faut admettre que ces dernières semaines, la charge sur les garçons a été énorme, et il nous manque des joueurs importants", reconnaît aussi le coach Hansi Flick. "Mais c'est la Ligue des champions, ce sont des matches particuliers, et nous avons pour ces matches-là une motivation particulière."

Les joueurs du Real de Madrid, vainqueur de la Ligue des champions, à Kiev (Ukraine) le 26 mai 2018

Les joueurs du Real de Madrid, vainqueur de la Ligue des champions, à Kiev (Ukraine) le 26 mai 2018

GENYA SAVILOV - AFP/Archives

Le rêve du Bayern? Marcher sur les traces du Real de Zinédine Zidane, seule équipe depuis la création de la version moderne de l'épreuve (1992-1993) à avoir non seulement conservé son titre, mais aussi à l'avoir gagné trois fois d'affilée (2016-2017-2018).

"J'ai confiance, le Bayern peut gagner trois fois de suite comme l'a fait le Real", assure l'ancienne star du club Stefan Effenberg, qui rappelle toutefois dans une interview au magazine Kicker que "des adversaires comme le Paris SG et Manchester City attendent leur tour depuis une éternité".

Les pronostics, cette année, sont rendus difficiles par l'inconstance de plusieurs prétendants au titre, comme le Paris SG, la Juventus, Barcelone ou encore Liverpool, à la peine dans leurs championnats.

Le Bayern lui-même, quoique toujours en tête en Bundesliga, vient de concéder en moins d'une semaine un nul contre le mal classé Bielefeld (3-3) et une défaite à Francfort (2-1), après des premières périodes calamiteuses.

"Je voudrais que mon équipe soit présente dès le coup d'envoi", a d'ailleurs demandé Flick lundi. "Nous avons une idée claire du football que nous voulons jouer et je voudrais le voir tout de suite sur le terrain."

- "Rien n'est impossible" -

Ceux qui décortiquent les "faiblesses" du géant bavarois observent aussi que l'effectif, dans sa profondeur, est moins riche que l'an dernier.

Le milieu de terrain bavarois Leroy Sané à Munich (Allemagne), le 15 février 2021

Le milieu de terrain bavarois Leroy Sané à Munich (Allemagne), le 15 février 2021

Christof STACHE - AFP/Archives

Thiago, parti à Liverpool, n'a pas été remplacé par un joueur de son calibre. Philippe Coutinho (onze buts, six passes décisives) et Ivan Perisic (huit buts, dix passes), qui étaient des remplaçants de luxe, ont également quitté le club. Les recrues Bouna Sarr, Eric-Maxim Choupo-Moting, Marc Roca et même Leroy Sané, irrégulier dans ses performances, ne les ont pas fait oublier.

Gagner deux fois de suite la Ligue des champions est "exceptionnel et très difficile, mais rien n'est impossible", affirme Thomas Müller, qui regardera cependant le match de Rome devant sa télé, en quarantaine pour cause de Covid-19.

Par Christophe BEAUDUFE / Munich (Allemagne) (AFP) / © 2021 AFP