Bruno Germain : "Toute la France va être derrière l'OM parce que le club est apprécié"

Bruno Germain : "Toute la France va être derrière l'OM parce que le club est apprécié"

L'ancien footballeur Bruno Germain était ce mercredi l'invité de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio, alors que se profile la finale de l'Europa League entre l'OM et l'Atlético Madrid (20h45).

Le jour de gloire est arrivé pour les Marseillais. Ce soir (20h45), l'OM défiera l'Atlético Madrid au Groupama Stadium (Décines-Charpieu) en finale de l'Europa League, avec l'ambition de remporter une seconde coupe d'Europe, 25 ans après le triomphe de Munich en Ligue des champions, face à l'AC Milan. Si, sur le papier, les Phocéens ne partent clairement pas favoris face à la bande à Griezmann - actuel dauphin du Barça en Liga - ils comptent bien vendre chère leur peau, ne cessant de marteler le fameux adage, très prisé des footeux, qui rappelle que "tout est possible sur un match,". Souvent présenté comme le club le plus populaire du pays, l'OM ne manquera pas de soutien et parmi ces nombreux supporteurs se trouve un certain Bruno Germain (qui a porté les couleurs de Marseille entre 1988 et 1991 puis entre 1994 et 1995), lequel n'aurait raté ce rendez-vous pour rien au monde.

"L'Atlético est une grosse armada mais sur le terrain, il ne faudra plus les craindre"

Invité ce mercredi de Patrick Roger, l'intéressé - dont le fils Valère (53 matches et 18 buts, dont 7 en C3, cette saison) prendra part à cette finale - a ainsi évoqué la rencontre à venir, mais aussi le club marseillais, son contexte et la ferveur qu'il suscite. "Je suis souvent à Marseille chez mon fils, je les vois régulièrement, pratiquement à tous les matches de championnat (...) Je retrouve chez eux les valeurs que l'on avait nous, à notre époque, avec un jeu et des joueurs différents, certes, mais ils font vraiment plaisir à voir cette année. Surtout, ils dégagent une image hyper positive et sympa", s'est-il d'abord enthousiasmé. Une attitude qui, selon lui, participe du soutien populaire. "On se rend compte, depuis quelques mois déjà, que toute la France va être derrière l'OM parce que le club est apprécié. C'est le club n°1, il est populaire parce que les supporteurs sont hyper présents et nombreux", a-t-il ainsi expliqué. "Ce sont des supporteurs qui adorent le foot et leur équipe (...) une équipe qui démontre de la qualité et des grosses forces mentales avec un jeu porté vers l'avant. Le coach Rudi Garcia fait en sorte que l'équipe joue tous ses matches pour les gagner et c'est génial pour les amoureux du ballon rond !", a-t-il encore insisté.

Interrogé ensuite sur la rencontre en elle-même, Bruno Germain a expliqué que les Olympiens ne devaient pas faire de complexe d'infériorité face aux Rojiblancos, en dépit des qualités de ces derniers. "On craint dégun !", a-t-il d'abord lancé avec humour - en référence à la célèbre expression des supporteurs marseillais - avant d'évoquer plus sérieusement l'attitude à adopter face à un tel adversaire. "L'Atlético, c'est une grosse armada avec des joueurs de qualité, avec un palmarès et une expérience, mais arriver sur le terrain, il ne faudra plus les craindre (...) Ce n'est pas plus mal (de ne pas être favori)", a-t-il ainsi souligné, non sans adresser un message d'encouragement à son fils et ses coéquipiers : "Une finale, on n'en joue qu'une (...) il y a des joueurs qui n'en font pas plusieurs dans une carrière. Valère et ses potes vont tout donner (...) qu'ils ne regrettent rien !".

Vous pourrez suivre cette rencontre OM-Atlético ce soir en direct sur Sud Radio, à partir de 19h

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview, disponible en podcast

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio