Biathlon: Anaïs Chevalier-Bouchet 2e du sprint de Kontiolahti, Oeberg enchaîne

Anaïs Chevalier-Bouchet a offert à la France son premier podium cette saison en Coupe du monde de biathlon en prenant la 2e place du sprint de Kontiolahti remporté par la Suédoise Hanna Oeberg, qui signe son 2e succès d'affilée et conserve la tête du classement général.

Antti Aimo-Koivisto - Lehtikuva/AFP

Anaïs Chevalier-Bouchet a offert à la France son premier podium cette saison en Coupe du monde de biathlon en prenant la 2e place du sprint de Kontiolahti remporté par la Suédoise Hanna Oeberg, qui signe son 2e succès d'affilée et conserve la tête du classement général.

La biathlète française Anais Chevalier-Bouchet, lors de l'épreuve du sprint, comptant pour la Coupe du monde, le 3 décembre 2020 à Kontiolahti (Finlande)

La biathlète française Anais Chevalier-Bouchet, lors de l'épreuve du sprint, comptant pour la Coupe du monde, le 3 décembre 2020 à Kontiolahti (Finlande)

Antti Aimo-Koivisto - Lehtikuva/AFP

De retour à la compétition cet hiver après plus d'un an et demi d'absence pour cause de maternité, la Française (27 ans) a effectué la course quasi-parfaite avec un 10/10 au tir et une très belle performance sur les skis. Elle n'est finalement devancée que de 9,6 secondes par Oeberg, victorieuse pour la 6e fois de sa carrière sur le circuit. Elvira Oeberg, la petite soeur d'Hanna Oeberg, a terminé 3e.

Ce podium d'Anaïs Chevalier-Bouchet, le premier des Bleus femmes et hommes confondus, a de quoi rassurer l'équipe de France dames qui reste sur un dernier exercice très délicat.

"Je suis satisfaite, a déclaré la Française, qui compte une victoire à son actif en Coupe du monde (en décembre 2016 à Nove Mesto). Ce matin, j'ai eu mon petit coup de barre, ça fait une semaine que l'on est parti de la maison et que je n'ai pas pu voir ma fille. Je suis partie faire ma course en me disant qu'il fallait illuminer cette journée. J'aborde les compétitions complètement différemment qu'avant. Je suis au boulot et quand on est au boulot, on n'a pas le droit à l'erreur. Pour l'instant, ça marche."

"Je suis la première surprise de mon niveau en skis, a-t-elle ajouté. Je sentais bien cet été qu'il se passait quelque chose, que j'étais en forme plus tôt que d'habitude et mieux que d'habitude. Le corps change physiologiquement après une grossesse et j'ai passé presque deux ans à me reposer. Je pense que la fraîcheur, ça joue."

AFP / Kontiolahti (Finlande) (AFP) / © 2020 AFP