Basket: Villeurbanne stoppe l'hémorragie et veut sa revanche contre Boulogne-Levallois

Facile vainqueur de Strasbourg vendredi (91 à 72) à Marne-la-Vallée, Villeurbanne a retrouvé le chemin de la victoire après deux revers consécutifs en championnat, un succès qu'il faudra confirmer face à Boulogne-Levallois en demi-finale de la Leaders Cup de basket samedi.

NICOLAS TUCAT - AFP/Archives

Facile vainqueur de Strasbourg vendredi (91 à 72) à Marne-la-Vallée, Villeurbanne a retrouvé le chemin de la victoire après deux revers consécutifs en championnat, un succès qu'il faudra confirmer face à Boulogne-Levallois en demi-finale de la Leaders Cup de basket samedi.

Face aux Alsaciens de la SIG, certes tenants du titre à Disney mais très loin de leur niveau de l'an passé, l'Asvel se devait de stopper l'hémorragie pour ne pas s'enfoncer dans une crise plus profonde, après s'être inclinée deux fois de suite en trois jours en Elite (à domicile dimanche contre Boulogne-Levallois et à Chalon-sur-Saône mardi).

C'est chose faite. "Un match sérieux, je pense que c'est le mot de ce soir. On a réussi à imposer notre défense, et ensuite notre rythme offensif. On savait qu'ils avaient une rotation limitée et on voulait imposer un rythme physique au match", a souligné l'international français Antoine Diot après la rencontre.

Les joueurs de Zvezdan Mitrovic ont rendu une belle copie dans le deuxième quart-temps (10/15 au tir après 6/19 dans les dix premières minutes), avec Diot auteur d'une très jolie sortie (15 points).

"C'est une bonne victoire d'équipe, ça permet de reprendre la confiance pour les deux matches à venir qui seront très compliqués. C'est dans ces moments-là que l'on voit une équipe, notre but c'était de rester soudés", a confirmé après le quart le jeune meneur de l'Asvel Théo Maledon, meilleur marqueur de la partie avec 20 points.

- Retrouvailles avec Boulogne-Levallois -

L'Asvel est arrivée à Marne-la-Vallée en traversant une forte zone de turbulence. Les résultats en berne ont été accompagnés des états d'âme de l'arrière Edwin Jackson dimanche dans le Progrès, écarté puis prêté à l'Estudiantes Madrid (1re division espagnole).

"On a mis tous les événements qui viennent de se passer de côté. On est là, on a un trophée à aller chercher et on va tout faire pour", a ajouté Maledon.

Pour décrocher une deuxième finale de Leaders Cup, après le revers contre Monaco en 2017, Villeurbanne dispose de retrouvailles contre Boulogne-Levallois, première équipe qui a fait chuter le champion de France en titre dans sa salle de l'Astroballe, il y a cinq jours.

"C'est une équipe qui nous a fait mal à la maison, qui nous a eu. C'est sûr, il y a une revanche à aller jouer et le trophée dimanche", a expliqué Maledon, même si Diot ne reprend pas lui le terme de "revanche", voyant avec la Leaders Cup une "autre compétition".

Les Metropolitans 92 se sont fait une petite frayeur vendredi, malmenés par une bonne équipe de Cholet, un peu courte physiquement toutefois en fin de rencontre, la troisième disputée en l'espace de six jours. Boulogne-Levallois s'est finalement imposé 82 à 74.

Dans l'autre moitié de tableau, les deux coleaders du Championnat de France, Dijon et Monaco affrontent en soirée respectivement Bourg-en-Bresse (18h00) et Nanterre (20h30) pour les deux derniers quarts.

Par Thomas BACH / Marne-la-Vallée (France) (AFP) / © 2020 AFP