Angleterre: Tottenham bat Everton et s'accroche à son mince espoir européen

Tottenham a maintenu son rêve européen en vie en battant Everton (1-0), lundi en clôture de la 33e journée de Premier League, au terme d'un match terne marqué par un accrochage entre Hugo Lloris et l'attaquant Son Heung-min.

Catherine Ivill - POOL/AFP

Tottenham a maintenu son rêve européen en vie en battant Everton (1-0), lundi en clôture de la 33e journée de Premier League, au terme d'un match terne marqué par un accrochage entre Hugo Lloris et l'attaquant Son Heung-min.

Avec 48 points, les Spurs remontent à la 8e place, à sept longueurs de Manchester United, 5e et dernier qualifié virtuel pour l'Europe.

Toutefois, l'identité du vainqueur de la Coupe d'Angleterre, pour laquelle trois des cinq premiers sont en demi-finales, et le résultat de l'appel de Manchester City devant le Tribunal Arbitral du Sport contre sa suspension de toute compétition européenne pour deux ans, pourraient faire descendre la barre.

Wolverhampton, 6e, n'est ainsi qu'à 4 points des Londoniens.

Pour Everton, 11e avec 44 points, la saison semble, en revanche, bel et bien terminée.

"On n'a plus le droit de perdre de points. C'est important d'essayer de faire une série et de garder de la régularité. Et ce soir, 1-0, ça nous suffit. Le plus important c'est de ne pas avoir encaissé de but et de faire les efforts ensemble", a expliqué au micro de Sky Sports Hugo LLoris, héros par ailleurs d'un incident qui a un peu pimenté la rencontre.

Lorsque l'arbitre avait sifflé la fin du premier acte, le capitaine de l'équipe de France et des Spurs avait traversé en courant la moitié du terrain pour invectiver son coéquipier Son coupable de ne pas avoir défendu suffisamment sur une action quelques secondes plus tôt, terminée par une frappe trop croisée de Richarlison, l'action la plus dangereuse des Toffees lors des 45 premières minutes.

"Oui, concéder une occasion quelques secondes avant la mi-temps parce qu'on n'a pas pressé correctement, oui, ça m'a agacé. Mais ça fait partie du football, c'est pas un problème, on passe à autre chose", a-t-il admis.

Trois joueurs, dont son coéquipier chez les Bleus, Moussa Sissoko, se sont interposés et ont repoussé le gardien pour que le différend se règle au vestiaire et pas devant les caméras.

- Tottenham en voulait plus -

Accrochage verbal entre le gardien de Tottenham Hugo Lloris et son attaquant Son Heung-min à la mi-temps du match contre Everton à Londres, le 6 juillet 2020

Accrochage verbal entre le gardien de Tottenham Hugo Lloris et son attaquant Son Heung-min à la mi-temps du match contre Everton à Londres, le 6 juillet 2020

Adam Davy - POOL/AFP

Un incident surmenant entre deux hommes réputés pour leur correction, mais vite oublié.

Lloris et Son sont sortis en même temps du couloir menant au terrain pour le début de la seconde période et, à la fin du match, le gardien a pris dans ses bras et brièvement soulevé en souriant l'attaquant, pour montrer qu'ils avaient laissé cet accrochage derrière eux.

S'il y en a un à qui l'incident n'a pas déplu, c'est à l’entraîneur José Mourinho.

"Si vous voulez critiquer quelqu'un, c'est moi", a-t-il affirmé tout sourire après le match.

"Mes joueurs ne sont, à mes yeux, pas assez critiques les uns envers les autres. Je leur ai demandé d'être plus exigeants et de mettre leur coéquipiers sous pression pour qu'il y ait cet esprit d'équipe où on donne tout les uns pour les autres".

"Il y a eu quelques gros mots, je ne sais même pas s'il y a eu des +poussettes+ ou pas, mais c'est quelque chose d'important pour que l'équipe grandisse parce qu'il faut des personnalités fortes, donc j'étais très content", a-t-il assuré.

Un incident d'autant plus vite oublié que Tottenham l'a emporté, même si c'était de façon plutôt heureuse.

A la 24e minute, après deux tirs contrés, le ballon est parvenu à Giovanni Lo Celso qui a tiré en pivot.

La tentative ne semblait pas cadrée à la vue du ralenti, mais le stoppeur international d'Everton Michael Keane, qui passait par là, a malencontreusement dévié le ballon, qui a pris à contre pied son gardien Jordan Pickford (1-0, 24e).

La victoire est tout de même allée à l'équipe qui la voulait le plus, Tottenham n'étant pas passé loin de doubler la mise par Son en seconde période, sans deux parades de Pickford (54, 65).

AFP / Londres (AFP) / © 2020 AFP