Angleterre: le retour des fans dans les stades "mis en pause" à cause du coronavirus

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mardi que le retour du public dans les stades n'aurait pas lieu début octobre comme espéré, en raison de la recrudescence de la pandémie de coronavirus dans le pays.

Glyn KIRK - AFP/Archives

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mardi que le retour du public dans les stades n'aurait pas lieu début octobre comme espéré, en raison de la recrudescence de la pandémie de coronavirus dans le pays.

"Nous devons reconnaître que la diffusion du virus affecte notre capacité à rouvrir les conférences économiques, les expositions et les événements sportifs", a-t-il dit.

"Nous ne serons donc pas capables de faire cela le 1er octobre et je suis conscient de ce que cela implique pour nos clubs sportifs, qui sont la vie et l'âme de nos communautés. Mes amis, le Chancellier de l'échiquier (équivalent du ministre de l'Economie, ndlr) et le secrétaire d'Etat à la Culture travaillent urgemment sur ce qu'on peut faire pour les soutenir", a ajouté M. Johnson.

Le ministre d'Etat Michael Gove avait déjà annoncé, plus tôt mardi, qu'une "réouverture de masse" des stades ne serait pas appropriée, malgré les difficultés financières rencontrées par le milieu sportif en raison de la crise économique qui découle de la pandémie.

"Un programme par étapes pour un retour de davantage de monde était à l'étude, il n'était pas question de stades bondés", avait expliqué Gove, l'un des plus proches ministres de Boris Johnson, à la BBC. "Nous réfléchissons à une manière, pour le moment, de mettre en pause ce programme, mais ce que nous voulons, c'est que, quand les circonstances le permettront, davantage de monde puisse revenir", avait-il ajouté.

Plusieurs événements-pilotes, avec une capacité limitée à 1.000 spectateurs, s'étaient tenus ces derniers jours, dans l'espoir d'un retour d'un nombre plus important de personnes dans les stades britanniques dès début octobre. Mais ceux qui étaient prévus dans les prochains jours, à l'image de certains matches de rugby, ont été annulés et se tiendront finalement à huis clos.

Plusieurs compétitions britanniques, dont les championnats anglais de football et de rugby, ont repris à huis clos après des mois d'interruption en raison de la pandémie.

Les dirigeants sportifs de plus de 100 clubs sportifs ont alerté Boris Johnson sur les pertes financières que représenterait l'absence de revenus de billetterie, en lui demandant une aide d'urgence.

La Ligue anglaise de football (English Football League/EFL, qui gère les 2e, 3e et 4e divisions) a elle tiré mardi la sonnette d'alarme, mettant en garde sur l'effet dévastateur que pourraient avoir ces mesures de huis clos si elles se prolongeaient.

Elle a estimé à 200 millions de livres (218 M EUR) la perte pour l'ensemble des clubs qu'elle gère sur la saison 2020/21, si celle-ci se déroulait entièrement sans spectateurs dans les stades.

"Le football n'est pas le même sans la présence des supporters et l'économie du football n'est pas viable sans eux", écrit pour sa part la Premier League, qui représente l'élite, dans un communiqué.

"La saison dernière, les clubs de la Premier League ont subi des pertes de 700 millions de livres, et perdent en ce moment plus de 100 millions de livres chaque mois. Cela commence à avoir un effet désastreux sur les clubs et leur environnement", a-t-elle averti.

Downing Street a par ailleurs annoncé mardi de nouvelles restrictions pour lutter contre la pandémie, incluant la fermeture des bars, pubs et restaurants dès 22H00 (20H00 GMT) et l'encouragement du télétravail.

Le Royaume-Uni est le pays le plus endeuillé d'Europe avec près de 42.000 morts, et voit actuellement le nombre de contaminations "doubler tous les sept jours", a prévenu lundi le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance.

AFP / Londres (AFP) / © 2020 AFP