Agressions sexuelles: la Grecque Bekatorou témoigne devant un procureur

La double médaillée olympique de voile, Sofia Bekatorou, a été entendue mercredi par un procureur au sujet de ses accusations d'agressions sexuelles à l'encontre d'un responsable de la Fédération grecque.

ANGELOS TZORTZINIS - AFP

La double médaillée olympique de voile, Sofia Bekatorou, a été entendue mercredi par un procureur au sujet de ses accusations d'agressions sexuelles à l'encontre d'un responsable de la Fédération grecque.

Ses accusations ont déclenché ces derniers jours en Grèce une libération de la parole de femmes victimes d'abus sexuels, s'apparentant à un tardif mouvement #MeToo dans le pays.

"J'espère que d'autres personnes, notamment des femmes, qui ont subi des abus sexuels prendront la parole pour que notre société soit meilleure et que nous n'ayons plus peur," a déclaré Bekatorou aux journalistes en sortant du bureau du procureur.

La championne olympique d'Athènes en 2004, aujourd'hui âgée de 43 ans, a déclaré la semaine dernière avoir subi du "harcèlement sexuel et des abus" dans une chambre d'hôtel, pendant sa préparation aux JO de Sydney en 2000.

A la suite de ces accusations, la Fédération grecque de voile a demandé "la démission immédiate" de son vice-président Aristeidis Adamopoulos, "qui est prétendument la personne accusée" par Bekatorou.

Adamopoulos a balayé ces accusations, les taxant de "fausses et calomnieuses", mais a démissionné de ses fonctions au sein du parti au pouvoir Nouvelle Démocratie.

Aujourd'hui mère de deux enfants, Sofia Bekatorou a confié ne pas avoir voulu parler à l'époque par crainte de se voir empêchée de poursuivre sa carrière.

Depuis sa prise de parole, plusieurs athlètes féminines ont dénoncé des agressions similaires et une dizaine d'autres femmes ont affirmé avoir été victimes de harcèlement sexuel à l'université Aristote de Thessalonique, mais ces faits sont prescrits aujourd'hui.

"Il est temps de déraciner la violence des puissants à l'encontre de ceux qui sont en position de faiblesse," a déclaré le Premier Ministre grec Kyriakos Mitsotakis, samedi dans un post Facebook.

Le Comité olympique hellénique a appelé à l'ouverture d'une enquête interne pour lutter contre les violences sexuelles à laquelle Adamopoulos, qui représente la voile dans ce conseil, et Bekatorou sont invités à participer.

Avec la libération de la parole des femmes, les déclarations du skipper grec Tassos Boudouris, médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de 1980, ont ressurgi. "La violence envers les femmes est une magnifique chose. Si on franchit la ligne, il y a un procureur," affirmait-il en novembre sur les réseaux sociaux. Il a déclaré mercredi à la télévision publique ERT qu'il "plaisantait".

La Fédération grecque de voile, touchée par les démissions et les pertes de parrainages, tiendra des élections en mars.

AFP / Athènes (AFP) / © 2021 AFP