Tour d'Italie: la fête ratée des sprinteurs dans la 18e étape

Les sprinteurs ont été mis en échec par l'échappée dans la 18e étape du Giro qui a tourné à l'avantage du Belge Dries De Bondt, jeudi, à Trévise, à trois jours du terme de l'épreuve.

Luca Bettini - AFP

Les sprinteurs ont été mis en échec par l'échappée dans la 18e étape du Giro qui a tourné à l'avantage du Belge Dries De Bondt, jeudi, à Trévise, à trois jours du terme de l'épreuve.

Avant les deux dernières étapes de montagne, déterminantes dans la lutte pour le maillot rose porté par l'Equatorien Richard Carapaz, et le contre-la-montre final à Vérone, le Giro s'est offert sa dernière journée de plaine. Mais le public de Trévise a assisté à un sprint à quatre coureurs seulement pour le succès d'étape, contrairement aux prévisions.

"Les échappés vont nous donner du fil à retordre", avait prédit Arnaud Démare, candidat à un quatrième succès. Le propos a été validé sur le terrain dans cette étape de 156 kilomètres qui a pris tournure lors de la courte montée du Mur di Ca' del Poggio (1100 m à 12,3 %), à 50 kilomètres de l'arrivée.

L'Equatorien Richard Carapaz leader du Giro, lors de la 18e étape entre Borgo Valsugana et Trévise, le 26 mai 2022

L'Equatorien Richard Carapaz leader du Giro, lors de la 18e étape entre Borgo Valsugana et Trévise, le 26 mai 2022

Luca Bettini - AFP

Le quatuor de tête, formé dès les premières minutes de course, a accéléré avant ce mur situé entre les vignobles de Prosecco. Il a basculé au sommet avec 2 min 30 sec et a contraint le peloton à une interminable course-poursuite qui l'a laissé pour finir à 14 secondes.

Pour la victoire, De Bondt, un coureur d'expérience (30 ans) qui a gagné le titre de champion de Belgique en 2020, a remonté in extremis le rouleur italien Edoardo Affini. Il a donné son troisième succès à l'équipe Alpecin, après ceux du Néerlandais Mathieu van der Poel et de l'Italien Stefano Oldani.

- Almeida positif au covid-19 -

"On a beaucoup fait de calculs entre nous. La collaboration a été excellente jusqu'au dernier kilomètre pour garder la distance sur le peloton", a souri le Belge qui se méfiait surtout du Danois Magnus Cort, déjà vainqueur sur la Vuelta (6 étapes) et le Tour de France (1 étape en 2018) mais seulement troisième.

Le Français Arnaud Démare au départ de la 18e étape du Giro, le 26 mai 2022 à Borgo Valsugana

Le Français Arnaud Démare au départ de la 18e étape du Giro, le 26 mai 2022 à Borgo Valsugana

Luca Bettini - AFP

Arnaud Démare, qui a gagné trois des cinq sprints massifs de ce Giro, s'est consolé de sa sixième place de l'étape (derrière Alberto Dainese) avec le maillot cyclamen du classement par points qui lui est acquis sauf abandon avant dimanche. Le Britannique Mark Cavendish, dont les équipiers ont été mis à contribution dans la poursuite, en est resté pour sa part à un seul bouquet.

Au classement général, les positions sont restées inchangées avec le même avantage très étroit (3 secondes) pour Carapaz sur l'Australien Jay Hindley. Seule nouveauté, l'abandon avant le départ de Joao Almeida, qui occupait la 4e place. Le Portugais, en proie à un mal de gorge, a été ensuite contrôlé positif au covid-19 selon son équipe UAE.

Le Britannique Mark Cavendish arrive au départ de la 18e étape du Giro, le 26 mai 2022 à Borgo Valsugana

Le Britannique Mark Cavendish arrive au départ de la 18e étape du Giro, le 26 mai 2022 à Borgo Valsugana

Luca Bettini - AFP

Vendredi, la course revient en montagne dans la 19e étape longue de 178 kilomètres entre Marano Lagunare et le sanctuaire de Castelmonte. Le parcours fait une incursion de 35 kilomètres en Slovénie et grimpe le Monte Kolovrat, théâtre d'une bataile meurtrière et perdue par les Italiens en 1917 lors de la Première guerre mondiale.

L'ascension, très pentue (10,3 km à 9,2 %) mène près de la frontière et précède une longue descente dans la plaine du Frioul avant la montée finale au-dessus de au-dessus de Cividale (7,1 km à 7,8 %).

AFP / Trévise (Italie) (AFP) / © 2022 AFP