single.php

Tour de France: un contre-la-montre déjà déterminant pour Pogacar

Dominé lors des contre-la-montre ces deux dernières éditions, Tadej Pogacar veut montrer qu'il a progressé dans cet exercice vendredi, pour la 7e étape du Tour entre Nuits-Saint-Georges et Gevrey-Chambertin, dont son dauphin Remco Evenepoel s'annonce comme le favori.

Thomas SAMSON - AFP

Dominé lors des contre-la-montre ces deux dernières éditions, Tadej Pogacar veut montrer qu'il a progressé dans cet exercice vendredi, pour la 7e étape du Tour entre Nuits-Saint-Georges et Gevrey-Chambertin, dont son dauphin Remco Evenepoel s'annonce comme le favori.

Toujours maillot jaune jeudi, à l'issue d'une journée où il s'est retrouvé un temps isolé sur un coup de bordure, Pogacar a voulu se montrer serein, expliquant avoir "hâte d'aller tester les jambes" dans une étape de chrono "cruciale pour tous les leaders du classement général".

Le Slovène, qui partira en dernier à 17h00 juste après Evenepoel, attend énormément de ce chrono pour creuser son avantage de 50 secondes sur son grand rival danois Jonas Vingegaard, troisième au classement, et se réconcilier avec cet exercice dans le Tour.

Tout avait bien commencé pour "Pogi" qui avait renversé Primoz Roglic et l'édition 2020 lors d'un contre-la-montre ébouriffant à la Planche-des-Belles-filles. Il avait enchaîné sur une deuxième victoire l'année suivante à Laval, en route pour son deuxième et à ce jour dernier sacre.

- "Confort et aérodynamisme" -

Tour de France : étape 7

Tour de France : étape 7

Paz PIZARRO, Valentina BRESCHI, Sylvie HUSSON - AFP

Mais depuis, il a reçu un double uppercut qui lui a fait très mal. D'abord en 2022 à Rocamadour où il avait terminé troisième derrière Wout Van Aert et Jonas Vingegaard qui l'avait devancé de neuf secondes alors même que le Danois avait freiné sur la fin pour laisser son coéquipier belge gagner.

Et surtout l'année dernière entre Passy et Combloux où Vingegaard a survolé les débats en s'imposant avec 1 min 38 sec d'avance en seulement 22 km.

Ces deux baffes ont enclenché une remise en question chez Pogacar qui, après s'être reposé longtemps sur son talent naturel, a commencé dès l'été dernier un travail spécifique beaucoup plus poussé dans la perspective du Tour. D'autant qu'il y a deux chronos au programme cette année, vendredi et celui, potentiellement décisif, lors du dernier jour entre Monaco et Nice (34 km).

"J'ai beaucoup bossé le chrono et je continue à progresser à chaque entraînement, je suis très satisfait de la direction qu'on a prise avec l'équipe", dit le Slovène qui a changé d'entraîneur cet hiver en passant d'Inigo San Millan à Javier Sola.

"On a changé pour travailler différemment, en passant plus d'heures sur le vélo de chrono", explique Matxin Fernandez à l'AFP. "On a surtout travaillé la position pour trouver le bon équilibre entre confort et aérodynamisme", ajoute le directeur sportif espagnol.

- "J'avais mal partout" -

Ce travail s'est fait par étapes et en tâtonnant. Aux Mondiaux d'août 2023 à Glasgow, où il a pris une piètre 21e place à plus de trois minutes d'Evenepoel, Pogacar a souffert le martyre.

Tour de France : étape 7

Tour de France : étape 7

Sabrina BLANCHARD, Gal ROMA - AFP

"La position était trop extrême et j'avais mal partout", a raconté le Slovène pendant le Giro où il s'est montré très convainquant lors des deux chronos au programme: vainqueur du premier devant Filippo Ganna, deuxième du second, très plat, à seulement 29 secondes du dragster italien.

"J'avais de bonnes sensations au Giro et depuis on a amélioré encore un peu le matériel en allégeant notamment le vélo. J'arrive avec beaucoup de confiance face à Remco, probablement le meilleur rouleur du monde, ainsi que Roglic et Vingegaard", a-t-il souligné mercredi soir.

Depuis le départ d'Italie, on le voit souvent après les étapes faire sa récupération allongé sur un vélo de chrono. "C'est histoire de faire d'une pierre deux coups: récupérer et rappeler à l'organisme la position de chrono qui est plus avancée au niveau musculaire", observe Sébastien Joly, directeur sportif chez Décathlon-AG2R en charge du contre-la-montre et qui emploie le même procédé avec son leader Felix Gall.

Vendredi, sur le tracé très roulant de 25 kilomètres dans les vignobles de Bourgogne, Pogacar espère que ces efforts vont payer, tout en misant aussi sur sa forme, "bien meilleure que l'an dernier", prévient son manager Mauro Gianetti.

AFP / Dijon (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
11H
10H
Revenir
au direct

À Suivre
/