Tour de France: à la recherche des faiblesses de Pogacar  

Tadej Pogacar est-il prenable ? Nul n'est imbattable, de l'avis des directeurs sportifs des équipes françaises WorldTour, mais le Slovène, double vainqueur en titre du Tour de France, présente toutes les garanties au départ de Copenhague pour poursuivre son bail.

Jure Makovec - AFP/Archives

Tadej Pogacar est-il prenable ? Nul n'est imbattable, de l'avis des directeurs sportifs des équipes françaises WorldTour, mais le Slovène, double vainqueur en titre du Tour de France, présente toutes les garanties au départ de Copenhague pour poursuivre son bail.

"Il est tellement impressionnant !", s'exclame Christian Guiberteau (Cofidis). "S'il a des petites faiblesses, ça ne se voit pas trop. A un moment, on aurait pu dire l'équipe autour de lui, un peu moins performante en montagne que les autres. Mais l'équipe s'est renforcée" avec les venues du Néo-Zélandais George Bennett, recruté dans la formation rivale Jumbo, et de l'Espagnol Marc Soler.

Julien Jurdie (AG2R Citroën) évoque la même réserve. Pour lui aussi, l'équipe organisée autour de Pogacar représente le possible défaut dans la cuirasse.

"A certains moments de la course, on sent que les UAE n'ont pas forcément le meilleur collectif, notamment en montagne. Il faudra voir quand même", tempère le technicien stéphanois à propos d'un groupe qui compte dans ses rangs le Polonais Rafal Majka, un coureur d'expérience (32 ans) deux fois lauréat du GP de la Montagne dans le Tour de France avant de se mettre au service de Pogacar depuis l'année passée.

Le maillot jaune Tadej Pogacar entouré par ses équipiers de l'UAE sur le chemin vers les Champs-Elysées après la conquête du Tour de France, le 18 juillet 2021

Le maillot jaune Tadej Pogacar entouré par ses équipiers de l'UAE sur le chemin vers les Champs-Elysées après la conquête du Tour de France, le 18 juillet 2021

Thomas SAMSON - AFP/Archives

"C'est très compliqué de trouver une faille à Pogacar", avoue Jurdie qui évoque, sans trop y croire, "une certaine lassitude de toujours gagner". "Quand on est trop fort, on peut du coup faire des petites erreurs", avance-t-il avant de recenser plutôt les risques inhérents à une course de trois semaines, "la maladie, la chute, tout ce qu'on ne souhaite pas".

- "Les équipes sont dans leurs schémas" -

"Le problème qui se pose aux adversaires de Pogacar, c'est qu'il est doué partout", reconnaît Thierry Bricaud (Groupama-FDJ), sur la même ligne que ses deux confrères. "Il sait rouler vite, il sait grimper, il sait sprinter, c'est un vrai coursier. Il est habile sur le vélo, il sait tout faire".

Bricaud, toutefois, pointe lui aussi le caractère joueur du jeune Slovène (23 ans): "Il a des phases où il peut avoir tendance à s'enflammer un peu. Il prend beaucoup de plaisir sur un vélo et de temps en temps il dégoupille un peu de loin parce qu'il se sent sans doute sûr de lui. C'est dans son état d'esprit mais, sur trois semaines, ça peut lui jouer des tours."

Le maillot jaune Tadej Pogacar lors de la dernière étape du Tour de France sur les Champs-Elysées, le 18 juillet 2021

Le maillot jaune Tadej Pogacar lors de la dernière étape du Tour de France sur les Champs-Elysées, le 18 juillet 2021

Thomas SAMSON - AFP/Archives

La course sera-t-elle débridée et donc propice à l'isolement de Pogacar ? "C'est comme ça qu'il peut se faire piéger en étant isolé à 50 bornes de l'arrivée et en se retrouvant avec d'autres leaders. Ce sont des situations où il peut être déstabilisé mais il n'y en a pas beaucoup sur un Tour", estime Bricaud qui cite l'exemple du Tour du Pays basque 2021, la dernière "défaite" de Pogacar dans une course par étapes (3e).

"Les équipes sont dans leurs schémas", confirme Guiberteau. "Il n'y a jamais de stratégie de risque, elles pensent que le mieux est de courir de cette façon pour protéger leurs leaders, tout le monde a peur de tout perdre". Surtout dans l'hypothèse d'un maillot jaune bien accroché sur les épaules de son propriétaire malgré les pièges disséminés sur le parcours.

"Pogacar fait des cyclo-cross l'hiver, il est adroit, il fait un avec sa bicyclette, l'étape des pavés ne sera pas un problème pour lui", prévoit Jurdie. En fait, résume Guiberteau, "dans un match un contre un, il est imprenable".

Par Jean MONTOIS / Copenhague (AFP) / © 2022 AFP