Top 14: Biarritz vient à bout du Stade Français

Biarritz, lanterne rouge au coup d'envoi, a trouvé les ressources pour s'imposer au finish devant le Stade Français (17-14) samedi dans son antre d'Aguilera, à l'occasion de la 11e journée du Top 14.

GAIZKA IROZ - AFP

Biarritz, lanterne rouge au coup d'envoi, a trouvé les ressources pour s'imposer au finish devant le Stade Français (17-14) samedi dans son antre d'Aguilera, à l'occasion de la 11e journée du Top 14.

En s'imposant de justesse devant les soldats roses, le BO est revenu à une longueur de sa victime du jour. Ce succès, la quatrième des Basques, était nécessaire au regard aussi de la victoire de l'autre promu Perpignan devant Clermont (26-24) qui a redistribué les cartes en bas de classement.

Dans une partie disputée dans des conditions difficiles et humides, les joueurs de Matthew Clarkin sont passés par toutes les émotions.

Croyant avoir fait le break après un essai de Stark (57) suite à un contre mais finalement refusé à la vidéo alors qu'ils menaient 10-6, avant d'encaisser un essai superbe de Veainu (67) permettant aux Parisiens de prendre pour la première fois l'avantage (10-14), le BO a su se ressaisir.

Profitant d'une supériorité numérique suite à l'exclusion temporaire de Van Der Mescht (74e), les Basques ont conclu un ballon porté, en envoyant Soury derrière la ligne pour un essai transformé par Herron (75).

Avant cet épilogue heureux, Biarritz avait logiquement mené face à l'équipe de Gonzalo Quesada en manque de confiance, notamment en touche, et presque heureuse de ne virer qu'avec seulement sept points de retard à la pause (10-3).

L'ancienne formation du technicien argentin avait parfaitement lancé son match grâce à un essai de son compatriote Cubelli à la conclusion d'un joli mouvement des trois-quarts locaux et d'une belle course de Herron (11).

Les multiples fautes et maladresses ont empêché les Basques de prendre le large au score à la pause car derrière, les joueurs de la capitale sont revenus avec d'autres intentions avec un Segonds clinique face aux perches (46, 58) au contraire de Herron qui a balbutié son jeu au pied avant de se retrouver ses repères dans le money-time.

AFP / Biarritz (AFP) / © 2021 AFP