Rallye du Portugal: Evans en tête après les abandons de Loeb et Ogier

Elfyn Evans a pris la tête du Rallye du Portugal vendredi à l'issue d'une première journée marquée par les abandons des intérimaires Sébastien Loeb et Sébastien Ogier, déjà écartés de la route de la victoire.

MIGUEL RIOPA - AFP

Elfyn Evans a pris la tête du Rallye du Portugal vendredi à l'issue d'une première journée marquée par les abandons des intérimaires Sébastien Loeb et Sébastien Ogier, déjà écartés de la route de la victoire.

Après la dernière étape du jour, une courte super-spéciale en duel sur un circuit de rallycross, la Toyota Yaris du Britannique, 9e du championnat, devançait de 13 secondes celle de l'actuel leader, le Finlandais Kalle Rovanperä, et de 44 secondes la Hyundai i20 de l'Espagnol Dani Sordo.

"Je suis plutôt content d'être ici, il y avait des conditions extrêmes et tout le monde essayait de se frayer un chemin. C'était une loterie par moments", a déclaré en fin de journée le vainqueur du Rallye du Portugal 2021, qui s'est adjugé quatre spéciales vendredi.

"C'était glissant comme prévu (...) ce n'était pas facile d'être la première voiture. Je pense que sinon nous avons fait du bon travail aujourd'hui !", a réagi Kalle Rovanperä, dont la Toyota comptait 1 min 32 sec d'avance sur la Hyundai de Thierry Neuville.

- 'Petites erreurs' -

Dauphin du Finlandais au départ de cette 4e manche du Championnat du monde des rallyes (WRC), le Belge n'a pas su profiter de ce handicap.

"Nous aurions pu être dans la lutte pour la tête et nous ne pouvons pas parce que nous avons eu un problème technique. C'est frustrant car ces petites erreurs peuvent nous coûter le titre"", a pesté Neuville à l'issue de la super-spéciale.

La Ford de Sébastien Loeb en sortie de route lors d'une spéciale du Rallye du Portugal à Arganil, le 20 mai 2022

La Ford de Sébastien Loeb en sortie de route lors d'une spéciale du Rallye du Portugal à Arganil, le 20 mai 2022

MIGUEL RIOPA - AFP

Sébastien Loeb et Sébastien Ogier, légendes aux 17 titres sur 18 possibles depuis 2004, ont pour leur part déjà fait une croix sur la victoire en terres portugaises.

Désormais "pigistes", respectivement chez Ford et Toyota, les deux Français se sont fait piéger sur les routes rocailleuses du Portugal et ont été contraints d'abandonner.

Loeb a heurté un muret de sécurité et cassé sa roue arrière droite alors qu'il avait pris les commandes de la course dans la matinée, en signant le meilleur temps sur l'ES4.

"Désolé...", a sobrement déclaré le pilote de 48 ans dans un post sur Twitter, accompagné d'un cliché de sa voiture endommagée.

- "Difficile pour les pneus" -

De son côté, Sébastien Ogier a, lui aussi, dû jeter l'éponge peu après une bonne performance. Vainqueur de l'ES5, le Gapençais a d'abord crevé une première fois dans l'ES6 puis à nouveau dans l'ES7.

Sans nouvelle roue de secours à sa disposition, le pilote de 38 ans a été forcé à l'abandon.

Le pilote Toyota Sébastien Ogier dans la 13e spéciale du Rallye du Portugal peu avant son abandon à Arganil, le 20 mai 2022

Le pilote Toyota Sébastien Ogier dans la 13e spéciale du Rallye du Portugal peu avant son abandon à Arganil, le 20 mai 2022

MIGUEL RIOPA - AFP

"Ce sera un après-midi chaud, difficile pour les pneus, voyons ce que nous pouvons faire", avait pourtant présagé Ogier.

"C'est étrange parce que nous essayions d'éviter les crevaisons !", a soufflé l'octuple champion du monde en titre après sa première mésaventure sur l'ES6, spéciale pendant laquelle l'Estonien Ott Tänak (Hyundai) et l'Irlandais Craig Breen (Ford) ont également crevé.

Ogier est codétenteur du record de victoires au Rallye du Portugal avec cinq succès, à l'instar du Finlandais Markku Alén.

Si les deux Sébastien repartent samedi, ils écoperont d'une importante pénalité, rendant un succès quasiment impossible sur les routes portugaises souvent piégeuses.

Pour cette nouvelle journée, l'organisation WRC a prévu deux boucles de trois spéciales dans les régions de Braga et Porto (nord), avant une étape chronométrée sur un tracé urbain de 3,3 km à Porto.

Par Bruno CRAVO / Matosinhos (Portugal) (AFP) / © 2022 AFP