Mondial féminin de rugby: l'Afrique du Sud, un "vrai test" pour les Bleues

L'Afrique du Sud, que le XV de France féminin affronte samedi (14h15 locales, 03h15 françaises) à l'Eden Park d'Auckland pour lancer le Mondial, constitue un "vrai test" pour les Bleues, qui restent sur une défaite frustrante en Italie en match de préparation.

Philippe LOPEZ - AFP/Archives

L'Afrique du Sud, que le XV de France féminin affronte samedi (14h15 locales, 03h15 françaises) à l'Eden Park d'Auckland pour lancer le Mondial, constitue un "vrai test" pour les Bleues, qui restent sur une défaite frustrante en Italie en match de préparation.

L'Afrique du Sud, 11e nation mondiale, que la France, quatrième au classement de World Rugby, a déjà rencontrée à quatre reprises (3 victoires, un nul), dont la dernière fois le 6 novembre dernier (succès 46-3) à Vannes, est sur le papier largement à la portée des Bleues, mais attention au match piège.

"On doit assumer le statut de favorites contre ces Sud-Africaines, admet la troisième ligne Marjorie Mayans, dans le XV de départ samedi. Elles sont très agressives, proposent un jeu très physique. Donc, on va devoir être présentes dans le combat avant de pouvoir proposer notre jeu".

Un constat que partage David Ortiz, l'entraîneur adjoint des Bleues en charge de la touche et de la défense: "Ce match constitue un vrai test pour nous."

Car la dernière fois que la France a disputé une rencontre internationale, elle a montré une bien piètre figure: c'était le 9 septembre dernier à Biella, une amère défaite (26-19) face à l'Italie, cinquième nation mondiale.

Pour la pilier Clara Joyeux, titulaire samedi, ce match a cependant eu une conséquence positive, servant de "piqure de rappel: il vaut mieux qu'il ait eu lieu avant la Coupe du monde que pendant".

Avec l'objectif de glaner le maximum de points dans la perspective des quarts de finale, dont les affiches seront constituées sur la base d'un classement des huit meilleures nations à l'issue des phases de poules, les Bleues se doivent donc de réaliser "une énorme performance" samedi, a averti leur entraîneur-sélectionneur Thomas Darracq.

L'arrière du XV de France Chloé Jacquet inscrit un essai face aux Galloises en Six nations à Cardiff, le 22 avril 2022

L'arrière du XV de France Chloé Jacquet inscrit un essai face aux Galloises en Six nations à Cardiff, le 22 avril 2022

Geoff Caddick - AFP/Archives

Car après l'Afrique du Sud, les coéquipières de Céline Ferer, désignée pour la première fois capitaine du XV féminin, affronteront le 15 octobre leurs meilleures ennemies, les "Red Roses", qui leur avaient barré la route du Grand Chelem dans le Tournoi des six nations fin avril, avant de conclure par les Fidjiennes (21e nation mondiale).

Il leur faudra donc, souligne la demie de mêlée Pauline Bourdon, "monter en puissance: il n'est pas question de prendre un match à la légère".

Ni être submergées par l'enjeu ni l'ambiance, même si pour la néophyte Assia Khalfaoui, sur le banc samedi, "faire le match d'ouverture, à l'Eden Park, c'est incroyable, ça vend du rêve". Aux Bleues de nous faire rêver.

lrb/bm

AFP / Paris (AFP) / © 2022 AFP