single.php

MMA: combattant et consultant, la double casquette de Taylor "double impact" Lapilus

Quatre mois après un retour "épique" à l'UFC, le combattant de MMA français Taylor Lapilus, connu du grand public pour son rôle de consultant, reprend sa casquette de combattant pour affronter samedi à Las Vegas l'Afghan Farid Basharat.

JULIEN DE ROSA - AFP/Archives

Quatre mois après un retour "épique" à l'UFC, le combattant de MMA français Taylor Lapilus, connu du grand public pour son rôle de consultant, reprend sa casquette de combattant pour affronter samedi à Las Vegas l'Afghan Farid Basharat.

A 31 ans, Lapilus, vainqueur de 19 de ses 22 combats professionnels, vit sa deuxième carrière à l'UFC, la ligue d'arts martiaux mixtes la plus connue au monde, après un premier passage dans l'organisation il y a sept ans.

En septembre dernier, celui que l'on surnomme "Double Impact" avait signé son grand retour chez les -61 kg en dominant à la décision l'Irlandais Caolan Loughran devant un public de Bercy enflammé et totalement acquis à sa cause.

"Le premier mot qui me vient, c'est +épique+", se souvient-il à propos de ce combat. "Quand il y a 15.000 personnes qui vous acclament, qu'il y a une vraie communion avec le public... Ca a été l'un des moments les plus forts de ma carrière. Il a fallu maîtriser l'émotion."

Mais l'affrontement dans la cage n'aura pas été le seul moment marquant de sa soirée. La victoire en poche, alors qu'il était encore vêtu de son short, de ses mitaines de combat et dégoulinant de sueur, il se tourne vers les commentateurs du diffuseur RMC Sport et leur lance: "Je mets mon costume et j'arrive!"

Lapilus saute alors hors de l'octogone et enfile son casque et son micro pour commenter le reste de la carte et analyser les combats de Manon Fiorot et Ciryl Gane en tant que consultant.

"J'avais envie de le faire et l'UFC a donné son accord à la condition qu'il n'y ait pas trop de dégâts physiques", explique-t-il. "C'était une belle expérience et quand j'y pense, je me dis que c'est fou d'avoir fait ça! Ça n'avait jamais été fait!"

- "Un laboratoire" -

"Très grand fan de MMA", Lapilus s'est pris au jeu du rôle d'expert depuis plusieurs années maintenant "assez naturellement".

"En 2017, j'avais été invité dans une émission, ça s'était bien passé, on a fait un peu d'analyse, et le rédacteur en chef est venu me voir pour me demander si ça m'intéressait", relate-t-il. "Je me suis dit: +Pourquoi pas?+ Je regardais déjà quasiment tous les événements MMA, donc que ce soit de chez moi ou en cabine, ça ne changeait pas grand-chose. Et je me suis formé comme ça, sur le tas."

Un rôle de consultant qui est venu enrichir son parcours de combattant, assure-t-il. "Cela m'aide pour affûter mon intelligence de combat, ce qu'on appelle le +fight IQ+ et ça me donne une autre compréhension de mon sport. Cela me permet de voir des styles différents, des techniques différentes. De par ma qualité de consultant, il m'est arrivé de relever des techniques intéressantes sur certaines cartes que je n'aurais pas forcément regardées."

"C'est vraiment un laboratoire pour moi, tous ces combats vus et étudiés, et ça me montre aussi les erreurs à ne pas faire", poursuit-il.

Samedi, il se prépare à son plus gros test depuis ses débuts à l'UFC face à Farid Basharat, invaincu en onze apparitions dans l'octogone et qui reste sur une victoire par soumission en septembre à l'UFC Paris.

Par Diane FALCONER / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
13H
12H
11H
09H
04H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/