Ligue 1: Marseille-Lyon fixé au 6 décembre, la question du lieu en suspens

La Ligue de football professionnel a fixé au 6 décembre le match OM-Lyon, annulé dimanche après le caillassage du car des Lyonnais et la blessure de l'entraîneur de l'OL Fabio Grosso, mais a remis à plus tard le choix du lieu de la rencontre, objet de tension entre les deux clubs.

CHRISTOPHE SIMON - AFP/Archives

La Ligue de football professionnel a fixé au 6 décembre le match OM-Lyon, annulé dimanche après le caillassage du car des Lyonnais et la blessure de l'entraîneur de l'OL Fabio Grosso, mais a remis à plus tard le choix du lieu de la rencontre, objet de tension entre les deux clubs.

La commission des compétitions de la LFP a opté pour la "première date disponible au regard du calendrier des deux équipes", selon son communiqué, mais n'a pas voulu trancher immédiatement la question qui fâche depuis cette soirée cauchemardesque pour le football français, à savoir l'enceinte dans laquelle la partie devra se dérouler.

La bus des joueurs lyonnais attaqué aux abords du Stade Vélodrome, le 29 octobre 2023 à Marseille

La bus des joueurs lyonnais attaqué aux abords du Stade Vélodrome, le 29 octobre 2023 à Marseille

Christophe SIMON - AFP/Archives

La Ligue a indiqué qu'elle déterminerait "ultérieurement le lieu de cette rencontre, dans l'attente d'éléments complémentaires des autorités publiques permettant que celle-ci se tienne dans des conditions de sûreté et de sécurité optimales pour l'ensemble de ses acteurs et du public".

Dès mardi, les dirigeants lyonnais avaient commencé à mettre la pression sur la LFP en expliquant qu'ils souhaitaient disputer le match sur terrain neutre, estimant que "les conditions de sécurité pour jouer à Marseille ne sont pas réunies".

"Ce qu’on veut, c'est que la sécurité de nos joueurs soit garantie. Ils sont là pour jouer au foot et nous ce qu’on demande, c'est qu’ils ne se prennent pas un parpaing sur la tête", avait dit le directeur général du club, Vincent Ponsot.

Du côté de l'OM, le son de cloche est bien évidemment différent.

Photo fournie par l'Olympique lyonnais suite à l'attaque du bus qui a blessé l'entraîneur italien Fabio Grosso, le 29 octobre 2023 avant la rencontre OM-OL au Stade Vélodrome

Photo fournie par l'Olympique lyonnais suite à l'attaque du bus qui a blessé l'entraîneur italien Fabio Grosso, le 29 octobre 2023 avant la rencontre OM-OL au Stade Vélodrome

Handout - OL/AFP

"Ce n'est pas à moi de parler de ça, c'est au club de le faire. Mais j'espère que ça se jouera avec nos supporters et dans notre stade, bien sûr", a lancé jeudi l'entraîneur Gennaro Gattuso.

Le feuilleton autour de cette affiche est ainsi loin d'être terminé et la Ligue va avoir fort à faire pour mettre tout le monde d'accord.

- La question de la responsabilité -

Les Lyonnais ne sont d'ailleurs pas les seuls à remettre en cause la sécurité autour du stade Vélodrome puisque cette question a également été mise en avant par les responsables de Lille, qui doivent se déplacer samedi à Marseille pour le compte de la 11e journée de Ligue 1.

Le président du Losc Olivier Létang en conférence de presse le 7 juillet 2021 à Camphin-en-Pévèle près de Lille

Le président du Losc Olivier Létang en conférence de presse le 7 juillet 2021 à Camphin-en-Pévèle près de Lille

DENIS CHARLET - AFP/Archives

Le président du Losc Olivier Létang a adressé un courrier à la préfète des Bouches-du-Rhône Frédérique Camilleri, avec copie à la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castera, au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, au président de l'OM Pablo Longoria et au président de la LFP Vincent Labrune, pour avoir "la certitude que l'intégrité physique de la délégation lilloise et de ses supporters soit totalement assurée".

"J'attends donc les mesures qui seront prises et l'assurance de la protection de notre délégation et de nos supporters avant de confirmer notre déplacement", a-t-il mis en garde.

Autre sujet délicat, celle de la responsabilité des clubs et de la LFP, pointée du doigt dès lundi par Gérald Darmanin et Amélie Oudéa-Castera. Les faits s'étant déroulés en dehors du stade, ils ne relèvent en théorie pas de la responsabilité des clubs, selon les règlements de la Ligue.

Interrogé par L'Equipe, le patron de la LFP Vincent Labrune a cependant annoncé jeudi la saisine "à titre exceptionnel" de la commission de discipline "pour que le dossier puisse être traité dans sa globalité, et notamment afin d'évaluer les champs de responsabilité dans les conditions d'accès au Stade Vélodrome."

Le président de l'OM Pablo Longoria réagit après l'attaque des bus lyonnais aux alentours du Stade Vélodrome, le 29 octobre 2023 à Marseille

Le président de l'OM Pablo Longoria réagit après l'attaque des bus lyonnais aux alentours du Stade Vélodrome, le 29 octobre 2023 à Marseille

CHRISTOPHE SIMON - AFP/Archives

Pour le moment, cet organe n'a ouvert qu'une instruction après des chants et gestes racistes constatés dans le parcage visiteurs du stade de la part de fans lyonnais. La décision est attendue le 22 novembre.

Sur le front judiciaire, trois enquêtes ont été ouvertes par le procureur de Marseille à la suite de ces incidents. Les deux premières portent sur le caillassage du car de l'OL et sur un autre incident du même type visant un car de supporters lyonnais. Un fan de l'OM a été placé mardi en détention provisoire et un autre sous contrôle judiciaire dans l'attente de leurs procès respectifs.

La troisième enquête vise le comportement des Lyonnais à l'intérieur du Vélodrome.

Par Keyvan NARAGHI / Paris (AFP) / © 2023 AFP


Revenir
au direct

À Suivre
/