single.php

L1: battu à Rennes, Nice ne sait plus voyager

Face à un Rennes qui a confirmé son regain de confiance, Nice a enregistré sa troisième défaite de suite en déplacement (2-0), samedi, lors de la 18e journée de Ligue 1.

Damien Meyer - AFP

Face à un Rennes qui a confirmé son regain de confiance, Nice a enregistré sa troisième défaite de suite en déplacement (2-0), samedi, lors de la 18e journée de Ligue 1.

Malgré ce revers, les Aiglons restent deuxièmes de Ligue 1, avec 35 points, mais ils ne profitent pas de la défaite à domicile de leur poursuivant immédiat, Monaco, contre Reims (1-3) et ils pourraient voir le Paris SG étoffer encore son avance de 5 unités, à Lens, dimanche.

Pour Rennes non plus, l'effet au classement n'est pas spectaculaire, avec une 10e place (22 pts) toujours aussi insatisfaisante.

Mais les Rouges et Noirs, vainqueurs à Clermont en clôture de la phase aller (3-1), n'avaient jamais enchaîné deux victoires en Ligue 1 cette saison. En ajoutant le succès à Guingamp (2-0) en Coupe de France, dimanche dernier, la belle dynamique se confirme pour les Bretons.

L'entraîneur Julien Stephan avait parfaitement décrypté le jeu niçois en conférence de presse d'avant-match et assuré avoir travaillé des points spécifiques. Son plan a fonctionné à merveille en neutralisant totalement le milieu de terrain adverse.

Il ne semble pas être le seul d'ailleurs, puisque Nantes (2-0) et Le Havre (3-1) avaient eux aussi trouvé la parade avant la trêve et Francesco Farioli va sans doute devoir trouver quelques idées pour rendre son équipe moins prévisible.

Après dix minutes tâtonnantes, et même si la possession a été largement favorable aux visiteurs, Rennes s'est progressivement rapproché des cages.

Le Rennais Benjamin Bourigeaud, buteur sur penalty samedi lors de la rencontre de la 18e journée de Ligue 1 contre Nice

Le Rennais Benjamin Bourigeaud, buteur sur penalty samedi lors de la rencontre de la 18e journée de Ligue 1 contre Nice

Damien Meyer - AFP

Une tête ratée d'Arnaud Kalimuendo (10e), après une occasion très bien amenée, et trois arrêts de Marcin Bulka, sur une reprise de Benjamin Bourigeaud de son mauvais pied, le gauche (16e), sur une frappe de Martin Terrier à ras de terre (22e) et lors d'un face-à-face avec Kalimuendo (24e), avaient été des avertissements sans frais.

Mais le portier polonais a fini par craquer sur un pénalty pour une main de Rosario sur une tête de Terrier, transformé par le spécialiste local, Bourigeaud (1-0, 31e).

Si la fin de la première période a été plus difficile pour Rennes, Steve Mandanda se signalant avec un bon arrêt sur une tête de Gaëtan Laborde (34e), Nice s'est à nouveau éteint au retour des vestiaires en retrouvant son train de sénateur.

Les Azuréens ont été rapidement punis: sur un deuxième ballon gagné dans le rond central, Enzo Le Fée a adressé un amour d'ouverture pour Kalimuendo, qui a doublé la mise (2-0, 54e). L'axe Le Fée-Kalimuendo avait déjà été celui du deuxième but à Guingamp six jours plus tôt.

Malheureusement pour Rennes, Le Fée, très bon pendant tout le match, est ensuite sorti après s'être plaint des adducteurs, et son remplaçant, Fabian Rieder, s'est aussi blessé quelques minutes après son entrée.

Dans un milieu de terrain encore fragile et qui est sur le point de perdre Nemanja Matic, revenu à Rennes, mais très probablement pour faire ses valises, ces blessures ne sont pas anodines.

D'autant que se profilent un 16e de finale de Coupe contre Marseille, puis un déplacement à Lyon en championnat, sans parler du barrage de Ligue Europa contre l'AC Milan, en février, qui seront des tournants importants dans une saison qui n'est pas encore condamnée.

 

AFP / Rennes (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/