single.php

Italie: Mike Maignan cible d'injures racistes dans le stade de l'Udinese

Le gardien de l'AC Milan et de l'équipe de France Mike Maignan a quitté le terrain après avoir été la cible d'injures racistes samedi lors du match de son équipe dans le stade de l'Udinese.

Gabriele MENIS - ANSA/AFP/Archives

Le gardien de l'AC Milan et de l'équipe de France Mike Maignan a quitté le terrain après avoir été la cible d'injures racistes samedi lors du match de son équipe dans le stade de l'Udinese.

Alors qu'il devait jouer un renvoi de six-mètres, Maignan, visiblement sous le choc et en colère, s'est dirigé vers le banc de touche à la 34e minute de jeu et a ensuite été suivi par ses coéquipiers.

Pendant que Maignan, 28 ans, leur expliquait que des supporters de l'Udinese, installés dans les tribunes derrière son but, lui adressaient des cris de singe et des insultes racistes, les joueurs du Milan sont restés au bord du terrain quelques minutes.

Ils ont ensuite regagné les vestiaires où, selon des images de la plateforme DAZN, Maignan, hors de lui, était réconforté par des coéquipiers, comme Rafael Leao et Yacine Adli, et membres de l'encadrement de l'AC Milan, comme Zlatan Ibrahimovic.

Le match a été dans la foulée interrompu par l'arbitre de la rencontre à la 38e minute, puis a repris après cinq minutes d'interruption.

Le gardien, né en Guyane d'un père guadeloupéen et d'une mère haïtienne, avait déjà alerté l'arbitre de la rencontre, Fabio Maresca, à la 25e minute de jeu.

"Je ne voulais plus jouer, je l'ai dit à tout le monde quand j'ai quitté le terrain, mais nous sommes une famille, je ne pouvais pas abandonner mes coéquipiers", a-t-il expliqué au micro de la plateforme DAZN.

"J'étais en colère, pas déçu, car ce n'est pas la première fois que je vis ça. Mes coéquipiers, le staff, tout le monde m'a dit de rester fort dans ma tête et de donner la bonne réponse sur le terrain", a-t-il poursuivi.

Malgré des messages diffusés dans le stade, les insultes racistes ont continué, jusqu'à l'interruption du match après le geste fort du gardien des Bleus.

A son retour sur le terrain, alors que son équipe menait 1 à 0 depuis la 31e minute de jeu, Maignan, formé au Paris SG et passé par Lille (2015-21) avant de rejoindre l'AC Milan, a été conspué à chaque fois qu'il touchait le ballon.

- "Trop c'est trop" -

Il a concédé un premier but à la 41e minute sur un tir lointain de Lazar Samardzic, puis un second après la pause par Florian Thauvin (60e).

Mike Maignan et ses coéquipiers du Milan AC après la victoire 3-2 sur le terrain de l'Udinese le 20 janvier 2024, un match marqué par les cris de singes et autres injures racistes lancés vers le gardien des Rossoneri et de l'équipe de France

Mike Maignan et ses coéquipiers du Milan AC après la victoire 3-2 sur le terrain de l'Udinese le 20 janvier 2024, un match marqué par les cris de singes et autres injures racistes lancés vers le gardien des Rossoneri et de l'équipe de France

GABRIELE MENIS - ANSA/AFP/Archives

Mené 2 à 1, l'AC Milan a arraché la victoire 3 à 2 sur des buts de Luka Jovic (83e) et Noah Okafor (90+3e) pour consolider sa troisième place au classement du Championnat d'Italie.

Maignan a reçu le soutien de nombreux joueurs, français et étrangers, dont son capitaine en équipe de France, Kylian Mbappé.

"Tu es très loin d'être seul Mike Maignan. On est tous avec toi. Toujours les mêmes problèmes et toujours AUCUNE solution. Trop c’est trop !!!!!!!!!!!! NON AU RACISME", a écrit la star du Paris SG sur X (anciennement Twitter).

L'AC Milan avait publié avant même la fin de la rencontre un message de soutien à son gardien sur ses réseaux sociaux: "Il n'y a absolument pas de place pour le racisme dans notre sport, nous sommes outrés, nous sommes avec toi."

"Voir un garçon aussi respectueux et aussi correct que Mike être traité comme ça, cela me déplaît particulièrement, ce n'est pas une chose qu'on devrait voir dans un match de foot", a regretté son entraîneur, Stefano Pioli.

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, a lui aussi condamné les injures contre Mike Maignan et appelé à bannir de tous les stades les auteurs d'insultes racistes, ainsi qu'à instaurer une sanction "forfait automatique" pour les clubs dont les fans commettent ces méfaits, alors que des incidents similaires se sont produits en Angleterre samedi.

- Un match à huis clos avec sursis -

Depuis son arrivée en Italie, Maignan a déjà été victime de racisme, insulté en septembre 2021 par un supporter de la Juventus Turin.

Le football italien ne parvient toujours pas à se débarrasser du fléau du racisme, chacune de ses saisons est émaillée d'incidents à caractère raciste ou antisémite.

Cette saison, plusieurs clubs ont été sanctionnés pour des insultes et chants racistes de leurs supporters.

Mais les sanctions, prévues par le règlement depuis 2019 après des insultes visant le Sénégalais Kalidou Koulibaly, alors joueur de Naples qui avait été exclu pour avoir applaudi l'arbitre, sont jugées bien trop faibles pour avoir un effet durable.

La Fiorentina a été sanctionnée en novembre d'un match à huis clos avec sursis, après que des chants racistes ont été entonnés par des ultras à l'encontre de trois joueurs de la Juventus, Dusan Vlahovic, Moise Kean et Weston McKennie, avant et après la défaite à domicile face à la Juve (1-0).

De son côté, la Lazio Rome jouera son prochain match à domicile devant plusieurs tribunes fermées au Stadio Olimpico, en guise de sanction à la suite des cris de singe ayant visé l'attaquant belge de la Roma Romelu Lukaku, pendant le derby en Coupe d'Italie.

AFP / Rome (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
12H
11H
10H
09H
07H
04H
23H
22H
21H
20H
19H
Revenir
au direct

À Suivre
/