GP de Monaco en F1: chez lui, Leclerc entame parfaitement son week-end

Dominateur à la maison: le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) a survolé les premiers essais libres de Formule 1 vendredi, au Grand Prix de Monaco.

ANDREJ ISAKOVIC - AFP

Dominateur à la maison: le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) a survolé les premiers essais libres de Formule 1 vendredi, au Grand Prix de Monaco.

La Scuderia peut avoir le sourire à la fin de la journée puisque son second pilote, l'Espagnol Carlos Sainz, a pris le deuxième temps à l'issue de la deuxième séance des essais, 44/1000e seulement derrière Leclerc.

Plus tôt dans l'après-midi, le Monégasque avait déjà signé le meilleur temps des essais libres 1, sous quelque 30 degrés, une chaleur qui ne préfigure en rien les conditions météo du week-end, avec de la pluie attendue dimanche pour la course.

"Nous devons encore peaufiner l'équilibre mais, dans l'ensemble, ce n'était pas trop mal et nous devons juste faire le pas de vendredi à samedi maintenant", a réagi Leclerc, qui espère déjà pouvoir "donner un bon résultat à nos tifosi".

Plus loin, les Red Bull du Mexicain Sergio Pérez, troisième, et du Néerlandais Max Verstappen, actuellement leader du championnat, pointent respectivement à 379/1000 et 447/1000 de l'homme fort de la journée à l'issue de la deuxième séance d'essais.

"Clairement, comparé à Ferrari, nous devons encore trouver plus de rythme, donc maintenant c'est une question de bons réglages et de trouver un meilleur équilibre", a expliqué Verstappen, victorieux l'année dernière de la manche monégasque.

Max Verstappen au volant de sa Red Bull sur le circuit urbain de Monaco, le 27 mai 2022

Max Verstappen au volant de sa Red Bull sur le circuit urbain de Monaco, le 27 mai 2022

ANDREJ ISAKOVIC - AFP

S'il espère réitérer sa performance dimanche, "la piste est différente cette année avec les nouvelles voitures, les voitures sont un peu plus lourdes et plus lentes et un peu plus cahoteuses".

- Les yeux "qui sortent des orbites" -

Un sentiment que partage le septuple champion du monde de la discipline Lewis Hamilton: "je me suis battu pour faire un tour aujourd'hui et c'est une expérience très différente des années précédentes ici à Monaco. À l'époque, je me souviens être venu ici avec des voitures plus légères et plus agiles, mais elles sont maintenant beaucoup plus lourdes, et cela change beaucoup l'expérience de conduite".

"C'est probablement le circuit le plus bosselé que j'ai jamais conduit - à certains moments, j'ai l'impression que mes globes oculaires sortent de leurs orbites à cause des bosses", a même reconnu le Britannique, qui n'a pas fait mieux que le 10e temps sur sa Mercedes pour cette première journée, lors de la première séance.

La Mercedes W13 de Lewis Hamilton lors des essais du GP de Monaco, le 27 mai 2022

La Mercedes W13 de Lewis Hamilton lors des essais du GP de Monaco, le 27 mai 2022

ANDREJ ISAKOVIC - AFP

Du côté des pilotes tricolores, Pierre Gasly (AlphaTauri), en difficultés depuis le début de la saison semble avoir repris quelques couleurs à Monaco puisque qu'il arrache de 7e temps à l'issue de la journée, devant l'Alpine de l'Espagnol Fernando Alonso.

"Le rythme de la voiture a été là, et nous avons été dans le haut du milieu de panier toute la journée. Jusqu'à présent, nous avons montré beaucoup de choses positives, nous avons réussi beaucoup de tours propres (...) je suis assez content et nous allons essayer de faire un autre pas en avant pour demain", a promis le Normand.

L'autre Français Esteban Ocon (Alpine) n'a pas fait mieux que le 16e temps, lors la première séance des essais. "Nous avons beaucoup appris aujourd'hui en optant pour des réglages différents sur les deux voitures, et un travail conséquent nous attend cette nuit afin d'être dans une meilleure position demain", a-t-il expliqué.

Charles Lecerc, lui, espère désormais conduire sa domination jusqu'à l'issue du GP dimanche. "Espérons que cette année soit la bonne" répétait-il encore vendredi matin.

Esteban Ocon au volant de sa monoplace Alpine lors des essais du GP de Monaco, 27 mai 2022

Esteban Ocon au volant de sa monoplace Alpine lors des essais du GP de Monaco, 27 mai 2022

ANDREJ ISAKOVIC - AFP

Jusqu'à présent, "son" circuit ne lui a jamais vraiment souri puisque chez lui, le Monégasque a toujours dû abandonner depuis 2017 après des problèmes techniques ou des accrochages.

Et si la pluie s'invitait dimanche ? "Si les conditions sont plus compliquées sous la pluie", reconnait-il, "ça ne changera pas mon approche".

"La visibilité fera aussi qu'il n'y aura pas beaucoup de dépassements", explique-t-il. D'où la nécessité de s'assurer samedi la pole position.

Par Hélène DAUSCHY / Monte-Carlo (Principauté de Monaco) (AFP) / © 2022 AFP