single.php

Foot: L'Algérie tourne la page Belmadi après le fiasco de la CAN

L'Algérie s'est séparée mercredi de son sélectionneur Djamel Belmadi au lendemain d'une piteuse élimination des Fennecs dès le premier tour de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), pour la deuxième édition d'affilée.

Kenzo TRIBOUILLARD - AFP

L'Algérie s'est séparée mercredi de son sélectionneur Djamel Belmadi au lendemain d'une piteuse élimination des Fennecs dès le premier tour de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), pour la deuxième édition d'affilée.

La défaite mardi soir en Côte d'Ivoire contre la modeste Mauritanie (1-0) a scellé le sort de Belmadi, qui n'a pas remporté le moindre match à la CAN depuis le sacre de 2019.

Après ce nouveau fiasco, des médias algériens avaient affirmé que le coach avait annoncé sa démission à son groupe dans le vestiaire à Bouaké mardi soir.

L'entraîneur n'a rien confirmé ni infirmé. "Quand on va rentrer au bled on verra", a-t-il seulement lâché au sujet de son avenir, assurant qu'il "assum(ait) entièrement" ces deux éliminations consécutives.

Le verdict, attendu, n'a pas tardé à tomber.

"J'ai rencontré le sélectionneur national Djamel Belmadi pour discuter des implications de cette élimination amère, et nous sommes parvenus à un accord amical pour mettre fin à notre relation et résilier le contrat qui lie l'entraîneur à la Fédération algérienne de football", a annoncé mercredi en fin d'après-midi le patron de la Fédération algérienne de football (FAF), Walid Sadi, sur son compte X (ex-Twitter).

Djamel Belmadi, 47 ans, avait pris en main les "Verts" en août 2018. Il avait été encensé après avoir emmené l'Algérie au sommet du foot africain en remportant la CAN en 2019 en Egypte, un sacre qui lui a valu le surnom de "ministre du bonheur" par les Algériens.

Mais son étoile a commencé à pâlir après l'élimination précoce de l'Algérie de la CAN-2022 puis son échec à se qualifier pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Depuis, nombre d'analystes avaient remis en cause ses choix et il était visé par une vaste campagne sur les réseaux sociaux et dans certains médias qui demandaient son départ.

Mais en dépit de ces critiques, la FAF avait prolongé en janvier son contrat jusqu'en 2026.

-"Changement radical" -

Belmadi donne des instructions à ses joueurs lors de la rencontre Algérie-Mauritanie de la CAN à Bouaké le 22 janvier. L'Algérie s'inclinera finalement 1-0 contre un adversaire qui n'avait jamais gagné un match à la CAN.

Belmadi donne des instructions à ses joueurs lors de la rencontre Algérie-Mauritanie de la CAN à Bouaké le 22 janvier. L'Algérie s'inclinera finalement 1-0 contre un adversaire qui n'avait jamais gagné un match à la CAN.

KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Belmadi avait essayé de renouveler un peu son groupe pour cette CAN en Côte d'Ivoire, mais cela n'a pas porté ses fruits.

Seuls Baghdad Bounedjah, parmi les anciens, et dans une moindre mesure le gardien Anthony Mandrea, parmi les nouveaux, ont été au niveau d'une nation parmi les outsiders de la compétition.

Le buteur de la finale 2019 contre le Sénégal (1-0) a réussi les trois buts de son équipe, et le gardien de Caen (Ligue 1) a montré qu'il pouvait assumer la relève de Raïs M'Bolhi.

Mais le capitaine Riyad Mahrez a été très décevant. Sur le banc pour le troisième match après deux parties fantomatiques, il n'a pas pesé sur la rencontre après son entrée en jeu.

Le grand espoir en attaque, Mohamed Amoura, buteur en série avec son club belge, l'Union Saint-Gilloise, a été transparent quand il a joué, et le défenseur censé incarner l'avenir en charnière, Mohamed Tougaï, a été pris de vitesse par les modestes Mauritaniens.

Dans son message sur X, le président de la FAF a présenté "des excuses aux fans de la sélection et au peuple algérien, pour le visage affiché par les joueurs durant la compétition et cette élimination prématurée dès le premier tour".

"Nous promettons à nos supporters que tout ce qui s'est passé marquera le début d'un changement radical qui sera opéré, ce sera une véritable révolution au niveau de l’équipe nationale, dans le but de garantir un environnement propice et exemplaire pour le travail et reconstruire sur cet échec", a-t-il ajouté.

Djamel Belmadi a imputé mardi soir devant la presse l'élimination de son équipe à un manque de réalisme.

A une question sur le fait qu'il devenait le premier sélectionneur algérien éliminé deux fois au premier tour, Belmadi a répliqué: "Tu n'as pas précisé que je suis le deuxième à avoir remporté la Coupe d'Afrique".

En cinq ans et demi à la tête de la sélection, Djamel Belmadi a dirigé 64 matches pour 41 victoires, 17 nuls et 6 défaites seulement. Mais l'absence de la moindre victoire lors des deux dernières CAN a été fatal à l'ancien joueur de l'olympique de Marseille.

L'Algérie a commencé par deux victoires en deux matches sa campagne de qualification pour la prochaine Coupe du monde nord-américaine. Le successeur de Belmadi devra bâtir sur cette bonne entame pour faire oublier les derniers échecs des Fennecs.

AFP / Alger (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/